Cas spécifiques qui prouvent la pertinence de l'Information Humainement Responsable

Investissement Socialement Responsable,ISR, Environmental Social and Gouvernance, ESG, Environnement Social et Gouvernance, ESG, Investissement Responsable Durable, IRD, Information Humainement Responsable©, IHR©, SOCIOECOPOFI©,Sociologie,Economie,Politique,Finance, ECOSOPOFI© Economie,Sociologie,Politique,Finance.

AUX PROFESSIONNELS QUI DOUTENT ENCORE DES REALITES DE L'INFORMATION HUMAINEMENT RESPONSABLE

LE DELAI DE MISE A JOUR EST DU A L'ATTENTE DE LA PUBLICATION DES ÉCHANGES DE VOLUMES DE TITRES DE FIN DE SÉANCE ET AU DOW JONES

19 02 21 Quelle plus belle preuve de l'incohérence financière des indices, que le Dow Jones du 19 02 21 à zéro, alors que toutes les actions ont connu des variations allant de +5% à -2,21% ?

Ce site est dédié aux épargnants non avertis en support des autorités, des professionnels comptables, financiers et juridiques (avocats, notaires..) qui intègrent l'honnêteté dans leurs prestations. Tôt ou tard, le scandale des valorisations comptables des fonds communs de placement vendues aux épargnants non avertis, comme étant l'équivalent d'un prix financier fera la Une de la presse et des Tribunaux. 99,99% des fonds communs de placement ont été transformés volontairement en pyramides de Ponzi. En clair, en une escroquerie. Là où l'agriculture a connu les dérives des pesticides et autres silences, si nous ne faisons rien le monde financier va connaître le scandale des fonds communs de placement vendus comme des produits financiers. Scandale menant à la perte de chance, à l'abus de confiance et à l'escroquerie des épargnants non avertis et au détournement des capitaux qui auraient dû être investis dans l'économie productive. Prenez le temps de lire les déclarations officielles sur cette réalité reprise dans les courriers envoyés aux institutions. Visitez ce site, contestez les propos de ce site et je vous répondrai.L'ampleur croissante des crises répétitives et l'expérience H2O sont des avertissements.

DECISION JURIDIQUE

MISE EN LIGNE LE 28 09 20

Lu sur PATRIMOINE 24 "La Cour rejette le pourvoi effectué par un CGP, à l’encontre de l’arrêt rendu par la CA de PARIS, le 9 janvier 2018 qui le condamne à réparer à hauteur de 80 % , le préjudice fiscal, pour perte de chance, subi par l’un de ses clients, investisseur DTD."

Cette décision est très importante, car elle pourrait être l'une des références juridiques qui pourraient être appliquées lorsque les conditions des commercialisations, des conseils et des ventes d'OPCVM feront l'objet de poursuites juridiques pour pertes de chances, abus de confiance et escroquerie. Vous doutez de mes propos ? Pour rappel, dans 99,99% des cas de ventes d'OPCVM, il y a échange de cash contre des valorisations comptables gonflées à plus de 90%.

QUI PEUT ENCORE DOUTER QU'A LA PERTE DE CHANCE, SE CUMULENT L'ABUS DE CONFIANCE ET L'ESCROQUERIE ? Référence ICI

Un bon mensonge doit avoir toutes les apparences de la vérité et doit être conforme au mode de pensée de celui à qui il s'adresse.

Dans un autre cadre, mais confirmant l'obligation d'information loyale et sincère, trois transactions conclues avec des CIF portant sur des manquements aux obligations d'information loyale et sincère dans la documentation remise aux clients.
Décision de la Commission des sanctions du 3 juillet 2020 n°19-07.
Décision de la Commission des sanctions du 26 juin 2020 n°19-12.

CI-DESSOUS, TROIS ARTICLES QUI PRENNENT TOUT LEUR SENS AUJOURD'HUI.

QUEL MEILLEUR JUGE QUE LE TEMPS ?

2 octobre 2008 : Changement de système de cotation. Proposition

24 décembre 2008 : Cotation socio-économique ou cotation socio-financière ?

10 11 20 Article du Professeur Marc Chesney publié dans Domaine Public en Suisse

TOUTE REPRISE PAR AUTRUI DE PEU OU PROU MES IDEES ET/OU REFLEXIONS SANS MON ACCORD NE POURRAIT ETRE CONSIDEREE QUE COMME UN ABUS OU D'AUTRES QUALIFICATIONS JURIDIQUES.

L'OBJECTIF DE CE SITE EST DE METTRE FIN A LA DÉSINFORMATION FINANCIÊRE MENANT A LA GÉNÉRALISATION DE FAITS JURIDIQUES ALLANT DE LA PERTE DE CHANCE, À L'ABUS DE CONFIANCE ET À L'ESCROQUERIE DES ÉPARGNANTS.

TOUS LES PROPOS SERONT ÉTAYES PAR DES DÉCLARATIONS OFFICIELLES DES PLUS HAUTES INSTANCES FINANCIÈRES ET COMPTABLES.

Juridiquement, l'égalité des porteurs de parts (investisseurs) étant de mise, les % de distorsion ou de désinformation repris dans les tableaux de ce site pourraient être susceptibles de servir de base juridique à toute demande de dédommagement.

Articles parus en Suisse

Article paru dans l’Agefi Suisse du 13 05 15 : Le prix doit être reconsidéré.

Article paru dans l'Agefi Suisse du 27 10 17 : Marchés financiers : liquidité, fluidité ou viscosité ?

Article paru dans l’Agefi Suisse du 14 11 17 : L’Indice de crédibilité de réalisation des performances annoncées (ICRPA)

Article paru dans l’Agefi Suisse du 09 02 18 : L’année 2020 verra-t-elle le krach de la comptabiliarisation ?

Article paru dans l’Agefi Suisse du 23 01 19 : Indices boursiers, oui, mais…

Voir quotidiennement www.agencedecotationihr.com

EN CAS DE BESOIN : Tel 06 70 32 70 15 ou 00 33 6 70 32 70 15

Le CAC 40 est un INDICE PROFESSIONNEL calculé en fonction de la règle comptable mark-to-market, règle QUI N'A AUCUNE REALITE FINANCIERE.

Pour les non professionnels et les épargnants, le cours de protection juridique et financière du Cac 40 est le cours de la Variation Humainement Responsable (VHR).

La variation VHR est la seule qui respecte le principe juridique d’égalité des porteurs de parts.

A VOTRE AVIS, 26 05 18 : Fonds commun de placement action, simple chaîne de Ponzi ?

Pour rappel : Les fonds communs de placement ne sont pas des produits financiers.

Précision : Pour les professionnels qui commercialisent des fonds communs de placement qui ne respectent pas une certaine cohérence entre les volumes détenus et les volumes échangés quotidiennement sur les marchés

Les fonds communs de placement sont des copropriétés valorisées par la règle comptable mark-to-market. Règle qui n'a aucune obligation (et n'a pas) de pertinence financière. Dès lors, sans une analyse professionnelle de la cohérence des performances financières annoncées, la qualification des faits juridiques peut aller jusqu'à l'abus de confiance et l'escroquerie des épargnants.

- Le % de désinformation VSJ/VHR repris dans le tableau ci-dessous constitue l'Indice de Risque Juridique Avéré (IRJA) lors de tous conseils, toutes prescriptions ou ventes de fonds communs de placement . Quotidiennement, vous pourrez constater que cet indice descend rarement en dessous de 95%...

- L'Indice de Crédibilité de Réalisation des Performances Annoncées (ICRPA) est la différence entre une information qui pourrait être estimée crédible à 100% et l'Indice de Risque Juridique Avéré (IRJA). Cet indice est rarement supérieur à 5%...

- L'Indice de Crédibilité d'Equivalence Financière (ICEF) est égal à 100%-VHR

Monsieur Claude BEBEAR, président d’honneur d’Axa, dans La Tribune du 25 août 2009 : « Cela n’a aucun sens de comptabiliser dans l’instant une valeur de marché qui ne reflète pas la valeur des actifs. Cela accélère la formation de bulles ou la production de krachs sans donner une image fidèle des entreprises. Il faut aussi réglementer les agences de notation dont les notes ne sont pas suffisamment transparentes et lisibles. Cela frise parfois la malhonnête.

ENSEIGNEMENT CAC A 0%

CI-DESSOUS LE 21 02 19 LE CAC 40 EST A 0% MALGRE UNE AMPLITUDE DE MOUVEMENT DE +3.61 A -6.85%....

CELA PROUVE ENCORE UNE FOIS SON INCOHERENCE

ET POURTANT, IL CONTINUE DE SERVIR DE SUPPORT A DES OPERATIONS A EFFETS DE LEVIERS (SOUS LA CAUTION DE L'EPARGNE DES PARTICULIERS, DES CAISSES DE RETRAITE, ET AUTRES), AU PRELEVEMENT DE FRAIS INDUS, A DES COMMENTAIRES BOURSIERS COMPLETEMENT FAUSSES , A DES VENTES DE PRODUITS PLUS QUE CONTESTABLES, ETC... .

QU'ON L'ACCEPTE OU NON, PARCE QUE C'EST DIFFICILE A ENTENDRE, LA PERTE DE CHANCE, L'ABUS DE CONFIANCE ET L'ESCROQUERIE DES EPARGNANTS NON AVERTIS EST BIEN DE MISE DANS LA CONFIGURATION ACTUELLE.

QUAND CELLES ET CEUX (VOIRE UN RESEAU PRECONSTITUE OU EN CONSTITUTION) VOUDRONT AGIR APRES AVOIR REFLECHI AUX REALITES DE LA SITUATION ACTUELLE, MES TRAVAUX SERONT A LEUR DISPOSITION.

IL N'Y A JAMAIS EU D'AMBIGUÏTÉ PROFESSIONNELLE OU JURIDIQUE SUR MON REFUS DE PARTICIPER A CE QUI RISQUE D'ÊTRE UN DES PLUS GRANDS SCANDALES FINANCIERS, À SAVOIR : LES VALORISATIONS COMPTABLES VENDUES COMME PERFORMANCES FINANCIÈRES RÉALISABLES PAR TOUS, ET SUJET À DES PRÉLÈVEMENTS FINANCIERS INDUS AU TITRE DE COMMISSIONS DIVERSES ET VARIÉES, VOIRE A DES COMMISSIONS DE SURPERFORMANCES UBUESQUES CAR SUR DES SUPERFORMANCES INEXISTANTES.

EXEMPLE QUI PROUVE ENCORE UNE FOIS L'INCOHERENCE FINANCIERE DE L'INFORMATION DU CAC 40

LA SEANCE DU 21 02 19 FAIT RESSORTIR UN CAC A 0% MALGRE UNE AMPLITUDE DE MOUVEMENT PENDANT LA SEANCE DE BOURSE DE +3.61% à -6.85%

Cotations au 21/02/19 Dernier Cours du Jour Variation Officielle en % Volume Echangé Jour Flottant en nombres de titres négociables Calcul Variation VHR en % % de désinformation (VSJ / VHR) Flottant % = Pourcentage de titres réellement négociables Volume Total Titre + Bas Jour + Bas Crise du 09/03/09 + Bas Posterieur 09/03/09
Accor Hotels 38,58 -3,69% 1 767 752 212 674 252 -0,02242% 99,39% 0,73% 290 881 651 38,15 17,37 16,57
Air Liquide 108,85 0,60% 825 017 418 369 967 0,00116% 99,81% 0,98% 427 966 930 107,65 51,71 50,40
Airbus 111,36 0,22% 1 937 817 556 321 140 0,00055% 99,75% 0,72% 776 367 881 110,6 0,87 -
Arcelor Mittal 20,28 0,07% 4 086 925 631 352 195 0,00028% 99,60% 0,62% 1 021 903 623 20,15 35,55 21,82
Atos 83,04 0,22% 543 718 92 375 162 0,00112% 99,49% 0,86% 106 884 000 80,02 12,64 10,47
Axa 21,39 1,09% 10 853 364 1 910 921 270 0,00488% 99,55% 0,79% 2 423 347 000 21,11 5,71 5,70
Bnp Paribas 41,60 -2,28% 5 788 642 1 086 235 429 -0,01056% 99,54% 0,87% 1 249 798 561 41,375 20,43 20,27
Bouygues 32,71 3,61% 2 515 718 225 350 234 0,02478% 99,31% 0,61% 366 484 738 32,16 22,03 20,88
CapGemini 102,05 -1,21% 537 204 157 812 320 -0,00385% 99,68% 0,93% 168 817 033 101,65 21,12 -
Carrefour 17,77 -0,73% 2 445 180 589 521 150 -0,00230% 99,68% 0,76% 774 677 811 17,645 18,41 14,65
Credit Agricole 10,49 -0,93% 8 018 992 1 132 560 647 -0,00260% 99,72% 0,40% 2 866 437 156 10,462 5,92 3,98
Danone 67,80 1,38% 1 938 886 637 828 765 0,00391% 99,72% 0,93% 685 055 200 66,87 33,91 32,29
Dassault Systemes 127,45 -0,89% 238 901 132 113 193 -0,00081% 99,91% 0,50% 262 443 189 126,8 9,99 8,12
Engie 14,13 0,14% 4 147 657 1 715 557 743 0,00024% 99,83% 0,70% 2 435 285 011 13,975 26,85 17,65
EssilorLuxottica 107,15 -0,14% 630 048 201 051 258 -0,00040% 99,71% 0,92% 219 140 639 107,1 26,08 -
Hermes 551,40 0,44% 58 885 28 342 646 0,00025% 99,94% 0,27% 105 569 412 548,8 16,75 11,11
Kering 476,40 0,40% 196 462 74 338 357 0,00062% 99,84% 0,59% 126 279 322 474,3 23,40 17,65
Legrand SA 58,14 0,03% 461 187 255 765 555 0,00005% 99,83% 0,96% 267 495 149 57,92 25,47 22,29
L'oreal 225,50 0,49% 364 498 234 172 100 0,00032% 99,93% 0,42% 560 396 652 224,4 46,00 -
Lvmh 296,95 0,12% 399 174 264 895 842 0,00009% 99,92% 0,52% 505 029 495 295,5 42,75 38,10
Michelin 103,40 0,39% 615 592 169 352 384 0,00133% 99,66% 0,94% 179 847 632 102,75 21,18 -
Orange 13,65 0,00% 12 898 083 2 162 517 769 0,00000%   0,81% 2 660 056 599 13,245 38,43 35,69
Pernod Ricard 152,95 1,29% 405 014 199 163 919 0,00197% 99,85% 0,75% 265 421 592 151,25 12,25 11,30
Peugeot 22,35 0,77% 2 014 598 653 860 520 0,00171% 99,78% 0,72% 904 828 213 22,14 44,85 31,10
Publicis Groupe 48,13 -1,74% 830 104 214 709 548 -0,00614% 99,65% 0,91% 235 249 801 47,76 18,59 15,08
Renault 59,93 -0,07% 780 577 184 394 790 -0,00018% 99,74% 0,62% 295 722 000 59,18 10,31 10,16
Safran 118,25 0,64% 774 167 321 351 462 0,00112% 99,83% 0,72% 443 680 643 117,25 6,76 6,59
Saint Gobain 32,95 -0,66% 1 453 268 476 321 904 -0,00174% 99,74% 0,86% 552 489 858 32,62 17,98 16,65
Sanofi 73,10 -1,48% 2 443 884 1 107 902 527 -0,00290% 99,80% 0,89% 1 249 058 037 72,95 38,43 36,06
Schneider Electric 70,00 0,86% 1 465 754 515 130 712 0,00218% 99,75% 0,89% 579 168 769 69,04 21,50 19,51
Societe Generale 24,98 -1,34% 4 078 929 747 027 854 -0,00677% 99,50% 0,92% 807 917 739 24,915 18,36 14,32
Sodexo 96,50 0,65% 252 392 83 335 050 0,00111% 99,83% 0,57% 147 454 887 95,64 2,97 -
Stmicroelectronics 14,65 -0,17% 2 223 959 650 623 795 -0,00041% 99,76% 0,71% 911 156 920 14,545 9,70 8,58
TechnipFMC 20,14 -6,85% 3 358 017 447 822 143 -0,05110% 99,25% 0,99% 450 145 880 19,395 24,83 17,10
Total 49,74 0,21% 5 454 505 2 257 311 745 0,00043% 99,79% 0,85% 2 640 602 007 49,43 34,73 29,40
Unibail - Wfd Unibai 143,78 -0,03% 379 390 137 931 765 -0,00008% 99,73% 1,00% 138 288 601 143,72 62,60 62,60
Valeo 27,94 -0,78% 2 706 843 237 507 383 -0,00879% 98,87% 0,99% 240 253 100 26,68 26,75 26,26
Veolia Environ. 19,76 1,73% 3 542 913 525 369 515 0,01088% 99,37% 0,93% 563 364 823 19,37 15,63 7,80
Vinci 82,06 1,26% 1 134 011 502 383 852 0,00239% 99,81% 0,84% 597 515 984 80,96 25,26 22,00
Vivendi 23,97 0,08% 3 531 279 902 023 513 0,00022% 99,73% 0,69% 1 306 234 196 23,85 18,33 14,1

ARTICLE DU 15 01 19 DE LA TRIBUNE (FRANCE) : QUI CONTROLE LE CAC 40 ?

Sources d'information EURONEXT

Avertissement : "Les données présentes dans le tableau ci-dessus proviennent de sites internet ouverts au public . L'import de ces données s'effectue via un langage encodé chez notre hébergeur 1&1 IONOS. Le calcul de la variation non officielle IHR (en%) ne fait que retraiter ces données officielles via une simple formule de calcul, elle-même intégrée chez notre hébergeur 1&1 IONOS. En conséquence, nous ne serions être tenus pour responsables de toute erreur, tout manquement de données ou de toute valeur égale à zéro dans le dit tableau."

Avertissement : Dans le tableau ci dessus les noms avec une * signifie que la valeur est entrée au CAC40 ultérieurement au 09/03/09. La valeur +Bas
(09/03/09) est donc à zéro.

Il est vrai que les dérives des marchés dérivés n'existent que par cette volatilité purement comptable qui, dans les faits, n'a aucun fondement juridique.

L’indice CAC 40 est un pur montage comptable dont la seule utilité financière est de servir de support aux opérations spéculatives et aux produits dérivés professionnels.

Souvenez-vous : Article " Marchés financiers: l’ivresse des sommets"

DERNIERS ARTICLES PARUS DANS L'AGEFI SUISSE

Dernier article paru le 12 02 19 : De l'opportunité d'habilité financière

Article paru le 23 01 19 : Indices boursiers : oui, mais...

Souvenez-vous de cet article de 2018

L'année 2020 verra-t-elle le krach de comptabiliarisation ?

PROPOSITION D'ARTICLES A L'AGEFI SUISSE

26 09 19 : De la singularité comptable à l’obligation d’habilité financière ?

28 10 19 : Approche technique des Fonds de Stabilisation Boursiers Régionaux (FSBR)©

Ecorama du 10 janvier 2019 : Ces 10 entreprises qui tiennent la France !

C'est la face cachée, ou le côté vieux monde, de la "start-up nation". Les fleurons du CAC 40 (Total, Danone, Vinci, Axa, BNP Paribas, LVMH...) pèsent de tout leur poids sur le pouvoir politique pour parvenir à leurs fins. Leurs leviers : le lobbying, les réseaux, le mécénat, le pantouflage et l'entrisme. Le point de vue de Franck Dedieu, directeur adjoint de la rédaction de Marianne. Ecorama du 10 janvier 2019, présenté par David Jacquot sur Boursorama.com

Le 11 07 2019, preuve par 9 de l'intérêt de l'information boursière humainement responsable

Pour en comprendre l'origine :

ARTICLE PARU EN FRANCE DANS ECONOMIE MATIN DU 26 MAI 18 : FONDS COMMUN DE PLACEMENT ACTION, SIMPLE CHAÎNE DE PONZI ?

ARTICLE PARU DANS L'AGEFI SUISSE DU 25 NOVEMBRE 2016 : L'ENIGME DE LA LIQUIDITE FINANCIERE

« Toute vérité passe par trois phases : d’abord elle est ridiculisée, puis elle est combattue et enfin elle est considérée comme évidente » Arthur Schopenhauer.

Pourquoi, comment ou combien ?
Combien ? Parce que tous les frais basés sur les cours de la Variation Spéculative du Jour sont gonflés à l'hélium du choix comptable.
Choix comptable qui fabrique volontairement cette situation. Situation, support de désinformation, d'abus de confiance et d'escroquerie des épargnants et des Etats.

Et si le calcul de l'ISF était faux ?

Cette question mérite d'être posée et approfondie par les juristes et les professionnels car comment taxer un patrimoine qui n'existe pas et qui ne peut exister dans sa valorisation financière et fiscale actuelle ? Comment prendre comme référence patrimoniale des cours de bourse alors que ces derniers ne sont pas réalisables par l'ensemble des personnes taxées .
Mieux, si l'ensemble (ou même une minorité) des personnes taxées voulait vendre les titres, cela se traduirait mécaniquement par une baisse plus que significative (krach) de la valeur des titres boursiers.
La seule base correcte pour une estimation ne serait-elle pas dans l'utilisation du cours VHR ?

 

PRÉCISION

Pour en comprendre l'origine :

ECORAMA 11/03/19 : "La vulnérabilité de notre système financier est considérable, nous sommes dans une situation pire que 2008 !", selon Jean-Claude Trichet

Les bases pour comprendre

30 01 17 LIQUIDITE BOURSIERE OU LE LEURRE D'UNE AVEUGLEMENT COLLECTIF

20 05 13 Une histoire de la bourse

http://www.economiematin.fr/les-experts/item/4743-marches-bourse-evolution-produits-financiers/?utm_source=newsletter&utm_medium=Email&utm_campaign=NL-2013-05-20

26 05 18 : Fonds commun de placement action, simple chaîne de Ponzi ?

http://www.economiematin.fr/news-fonds-communs-placement-bourse

14 06 18 Oui, les fonds communs de placement sont bien des chaînes de Ponzi

http://www.economiematin.fr/news-pyramide-ponzi-fonds-communs-placement

Information boursière faussée ou pas faussée ?

19 12 19 De la topologie en finance

18 12 19 De la singularité comptable à l’obligation d’habilité financière ?

28 10 19 Approche technique des Fonds de Stabilisation Boursiers Régionaux (FSBR) ©

 

ARTICLES PRESSE FRANCE ET SUISSE

D'autres articles : ICI

DOSSIERS EN COURS

MINISTRE DE L'ECONOMIE / AMF / AFG ARTICLES DE PRESSE OU MIS EN LIGNE

 

L'ensemble de mes sites va être regroupé au sein du site Humanity Invest. Cette opération prendra environ un mois. Pendant ce temps, la mise à jour quotidienne des tableaux boursiers sera assurée de nuit ou en tout début de matinée..

Pour rappel, les fonds communs de placement sont des copropriétés (et non des "produits financiers") évaluées majoritairement par la règle comptable mark-to-market. Bien que l'objet de la règle comptable mark-to-market ne soit pas d'avoir une crédibilité financière, elle reste le support d'une des plus grandes escroqueries financières jamais connues. En effet, combien d'épargnants non avertis ont-ils conscience qu'ils échangent leur épargne financière contre des valorisations (simples chiffres comptables) n'ayant aucune réalité financière égalitaire aux sommes investies ?

https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F1520 : L'escroquerie est le fait d'obtenir un bien, un service ou de l'argent par une tromperie (faux nom, manœuvres frauduleuses...). L'intention de tromper la victime est un élément essentiel.

L'escroquerie consistant à vendre les fonds communs de placement comme étant des produits financiers est, indéniablement, l'une des plus grandes escroqueries financières, si ce n'est LA plus grande escroquerie financière jamais connue par son ampleur, ses effets et sa généralisation.

Cette escroquerie ne peut, et ne doit pas continuer.

J'engage les candidats à l'élection Présidentielle à se saisir de cette réalité pour y mettre fin.

Pour le comprendre :

Trois articles, publiés il y a plusieurs années, qui fixent les réalités juridiques de certains silences volontaires des présidents respectifs des associations de conseils en gestion de patrimoine et autres.

Quel meilleur juge que le temps ?

- UNE HISTOIRE DE LA BOURSE

- SOUVENEZ-VOUS : LE PRIX DOIT ÊTRE RECONSIDÉRÉ, ARTICLE EN BAS DE PAGE DU LIEN.

- LIQUITE BOURSIERE OU LE LEURRE D'UN AVEUGLEMENT COLLECTIF

Souvenez-vous : Preuve de l'incohérence des indices

20 05 21 DERNIÈRE DECLARATION AMF

Avis aux lectrices et lecteurs professionnels

Ci-dessus, les propos de l'AMF étant exceptionnellement clairs, nets et précis, je ne saurais que trop vous conseiller de demander (par courrier RAR) une même clarté de la position et des préconisations de vos prestataires voire de leurs associations professionnelles. Pourquoi cette action ? Parce qu'en cas de poursuites juridiques, voire de class actions d'épargnants non avertis, vous n'aurez aucune défense juridique possible face à la clarté des propos de l'AMF. Si vous avez une ou des positions inverses de vos associations professionnelles ou fournisseurs, je vous propose de leur envoyer un recommandé avec AR (preuve juridique) avec demande de confirmation de leur propos. Mon commentaire sur cette déclaration.

Pour comprendre :

- L'origine des dysfonctionnements actuels voir vidéos et écrits sur www.socioecopofi.com

- Réflexions : Du respect du droit à l'Information Juridiquement Opérationnelle (IJO) ©

Pour plus d'explications, voir le bandeau à gauche pour les choix possibles en fonction de vos recherches

Les investisseurs commencent à se détourner des marchés et les chocs boursiers se multiplient. La place prise par les transactions algorithmiques y serait-elle pour quelque chose ?

C'est sur cette volatilité fabriquée par le choix de normes comptables inadéquates que les marchés dérivés spéculatifs trouvent leur terrain de jeux et de destruction SOCIOECOPOFI (SOCIOlogique, ECOnomique, POlitique et FInancière)

Marchés dérivés qui trop souvent, sont utilisés pour détourner les capitaux de l'économie réelle, celle qui crée des emplois, vers l'économie virtuelle, celle qui, in fine, paupérise les épargnants et les Etats.

A quand, une double information boursière ? Celle de la variation de la spéculation du jour basée sur le principe comptable du market to market (prix du marché) pour les opérations achats/ventes réalisées et une autre plus logique appelée Information Humainement Responsable calculée selon le market to model ( prix de spéculation pondéré par la faiblesse des volumes) pour les autres porteurs de parts. Utiliser le prix de la spéculation du jour comme outil de valorisation pour tous les titres relève de la destruction SOCIOECOPOFI (SOCIOlogie, ECOnomie, POlitique, FInance ).

Et pourtant :

Les normes IAS et IFRS ont été mises en place après le scandale Enron (années 2000). Leur principe est de passer de la « valeur historique » (coût historique) à la « juste valeur ». Si la « juste valeur », étant issue d’une extrapolation de la valeur de marché issue d’un échange de faible volume à tous les titres, porte en elle les stigmates de la crise de 2007, pour l’instant elle est toujours en vigueur. Au lieu de la modifier en faveur d’un système moins instable, mais aussi moins « productif » pour ses promoteurs, il a été choisi de mettre en place des gardes fous financiers destructeurs d’économie en prévision de futures crises. Inutile de dire qu’en cas de crise systémique, ces gardes fous ne serviraient à rien. En Bourse , les normes IAS 39 offrent trois possibilités (options) comptables : 1) Le Mark-to-Market lorsqu’il existe un marché actif. Vu la faiblesse des volumes échangés en Bourse , il est plus que permis de remettre en cause cette option dans le domaine Boursier. Et pourtant, c’est bien cette option, en violation totale du principe d’égalité des porteurs de parts, qui est choisie et certifiée. En synthèse, les performances réalisées par une très faible minorité de porteurs de parts peuvent être extrapolées à tous les porteurs de parts. Ce faisant, ces performances fictives pour tous les porteurs de parts sont à la base de la création de la volatilité des marchés financiers , des marchés dérivés et des dérives des marchés dérivés. Eh oui ! Imaginez vous que la valorisation quotidienne de votre patrimoine dépend du chiffre qu’ont gagné ou perdu les spéculateurs boursiers à 17h30. Quelle variation de valorisation quotidienne ! Quelle volatilité ! Comme l'indique les textes de loi repris ci-dessous, cette situation relève juridiquement de la perte de chance, de l'abus de confiance et de l'escroquerie. Nous ne parlerons pas des déstabilisations étatiques. 2) Deuxième option : En l’absence de marché actif , on peut valoriser en observant la valeur des actifs similaires. Pensez-vous qu’une valeur issue d’un échange de faible volume, soit une valeur d’un actif similaire ? Pensez-vous que l’on puisse considérer que vous avez gagné (ou perdu) le même montant que les joueurs qui ont gagné au casino à 17h30 ? 3) Troisième option : Le Mark-to-Model. Dans cette option, le prix peut être obtenu par des techniques de valorisation interne. A la place d’extrapoler à tous les porteurs de parts les gains ou les pertes réalisés par une très faible minorité, pourquoi ne pas prendre comme base de valorisation comptable la répartition de la valeur des gains ou pertes des spéculateurs à tous les porteurs de parts ? Ne serait-ce pas moins déstabilisateur que le système actuel ? Ne serait-ce pas plus logique en terme juridique ? Ne serait-ce pas plus honnête ?

Ce site, s'il n’est pas un site officiel tant dans sa constitution que dans sa démarche est le seul qui respecte les lois et l'intérêt des épargnants .
Malheureusement, les variations de cotations proposées ne sont en AUCUN CAS des variations de cotations officielles.

Derniers rappels : Le cours de bourse n’a d’importance que pour les « petits » porteurs qui ne suivent pas la masse pour passer leurs ordres boursiers ainsi que pour les investisseurs qui ont effectivement acheté ou vendu leurs titres. Les évaluations des FCP et SICAV sont fausses car irréalisables pour l’ensemble des porteurs de parts. Souvenez-vous du Loto, ce n’est pas parce que 0,1% des Français ont gagné que l’on dit aux autres qu’ils ont tous gagnés. Les comparatifs de SICAV et FCP (tels qu’ils sont aujourd’hui) ne sont, bien souvent, que des outils de vente fallacieux.

Très bonne navigation sur le site Agence de cotation IHR (Information Humainement Responsable).

Et si le calcul de l'ISF était faux ? Et si vous pouviez le remettre en cause ?

Cette question mérite d'être posée et approfondie par les juristes et les professionnels car comment taxer un patrimoine qui n'existe pas et qui ne peut exister dans sa valorisation financière et fiscale actuelle ? Comment prendre comme référence patrimoniale des cours de bourse alors que ces derniers ne sont pas réalisables par l'ensemble des personnes taxées .
Mieux, si l'ensemble (ou même une minorité) des personnes taxées voulait vendre les titres, cela se traduirait mécaniquement par une baisse plus que significative (krach) de la valeur des titres boursiers.
La seule base correcte pour une estimation ne serait-elle pas dans l'utilisation du cours VHR ?

99,99% des fonds communs de placement ont été transformés volontairement en pyramides de Ponzi. En clair, en une escroquerie.

Prenez le temps de lire les déclarations officielles sur cette réalité reprise dans les courriers envoyés aux institutions.

Visitez ce site, contestez les propos de ce site et je vous répondrai.

PATRIMONIA 2021

H2O

LES VALEURS LIQUIDATIVES COMPTABLES MARK-TO-MARKET N'AYANT AUCUNE OBLIGATION DE RÉALITÉ FINANCIÈRE GÉNÉRIQUE, LA MAJORITÉ DES FONDS COMMUNS DE PLACEMENT PEUT ÊTRE DIRECTEMENT OU INDIRECTEMENT L'EGAL DES FONDS H2O.

DE CELA , AUCUN PROFESSIONNEL NE POURRA DIRE QU'IL NE SAVAIT PAS.

LA COMMERCIALISATION À OUTRANCE DES FONDS COMMUNS DE PLACEMENT EST LA PLUS GRANDE ESCROQUERIE FINANCIÈRE QUE LE MONDE FINANCIER AIT JAMAIS CONNU

LORS DE TOUTES SOUSCRIPTIONS DE FONDS COMMUNS DE PLACEMENT, LA BASE JURIDIQUE DE LA PERTE EST ACTÉE DÈS LA SOUSCRIPTION. C'EST BIEN DÈS LA SOUSCRIPTION, QU'IL Y A ÉCHANGE DE "CASH" CONTRE DES VALORISATIONS COMPTABLES N'AYANT AUCUNE CONTREPARTIE GÉNÉRIQUE FINANCIÈRE. RÉALITÉ QUI MATÉRIALISE LE FAIT JURIDIQUE. FAIT JURIDIQUE QUI IMPOSE AVANT TOUT INVESTISSEMENT, UNE ANALYSE DES CONDITIONS ET RÉALITÉS FINANCIÈRES (OU ABSENCE DE RÉALITÉ) DE LA VALORISATION COMPTABLE.

VOUS DEVEZ TOUT FAIRE POUR EVITER LE JURIDIQUE, CAR LES FONDS H2O NE POUVAIENT PAS ÊTRE VENDUS À DES ÉPARGNANTS NON AVERTIS.

VOS AVOCATS VOUS DISENT L'INVERSE ? DEMANDEZ LEUR UN ÉCRIT.

Professionnels de la gestion de patrimoine, le moment n'est-il pas venu de demander systématiquement aux commerciaux des sociétés de gestion de portefeuilles et gérants présents à PATRIMONIA, l'ampleur de l'impact prévisionnel en % dans les performances qu'ils annoncent de la valorisation comptable mark-to-market des lignes en portefeuille, dont les volumes détenus seraient supérieurs aux volumes échangés quotidiennement, hebdomadairement ou mensuellement sur les marchés ? L'analyse de la réponse à cette question professionnelle est un des éléments juridiques qui prouve la qualité et la crédibilité de la démarche financière du professionnel.

Ce travail de pré-analyse ou d'analyse des fonds communs de placement relève d'une obligation professionnelle et juridique. Contrairement aux SICAV, les fonds communs de placement ne sont pas des produits financiers, mais des copropriétés comptables.

Sans analyse de la réalité ou de l'absence de réalité financière des valorisations comptables des fonds communs de placement, ces valorisations comptables n'ont aucune réalité financière générique... Tout simplement parce qu'elles n'ont pas à en avoir. Les fonds communs de placement ne sont pas des produits financiers, mais des copropriétés évaluées par des règles comptables. Malheureusement, quantité de ventes sont viciées par l'information trompeuse transmise aux épargnants non avertis. C'est bien, dès l'achat des parts de fonds communs de placement que l'épargnant achète SANS LE SAVOIR de la perte financière. De l'argent investi contre des valorisations comptables de fonds communs de placement n'ayant aucune réalité financière égalitaire aux sommes investies. .

17 09 21 Dans H24

La parole à H2O AM : Qu'ont-ils appris de 2020 ? Où en est-on aujourd'hui ?

Publié le vendredi 17 septembre 2021

Dernière mise à jour de mon propos le 02 10 21

"Il n’y a aucune raison de changer notre façon de gérer" explique H2O AM.

Préambule : Le terme "commercial" employé ci-dessous ne peut être pris comme péjoratif, car il est de réalité juridique.

Mes simples questions de responsabilités civiles professionnelles pour les vendeurs de ce type de fonds : comment vendre ce type de fonds à de la clientèle non avertie, et même avertie, lorsque des gérants ayant connu la répétition de pertes massives déclarent "qu'il n'y aucune raison de changer notre façon de gérer " ? Les pertes massives répétitives, feraient-elles partie de leur "business modèle" ? Si oui, est-ce cela "une gestion" ? Les avocats des parties adverses risquent d'adorer. Avec ce type de "gestion", assimilant des phases de pertes massives à "une façon de gérer", comment des commerciaux financiers pourraient-ils être "avertis", et rendre avertis leurs clients non avertis ? Quelles diligences professionnelles sont-elles réalisables sur ce type de produit et de gestion ? Quelle gestion des marchés usuels peut connaître des pertes massives répétitives ? Professionnels, aviez-vous et avez-vous aujourd'hui les informations qui vous permettent d'être des acteurs éclairés lors de vos actes de conseil, de vente et de suivi de ce type de produit auprès de la clientèle non avertie ? Quid des dossiers juridiques en cours ? Quel est l'avis de vos associations professionnelles qui, sauf erreur, se sont toujours tues, et de leurs assureurs ? Je vous conseille très vivement de leur poser la question par courrier RAR (preuve juridique). Pour votre information, il y a plusieurs années j'avais déjà posé certaines questions aux trois principales associations de CGP... avec comme seule réponse leur silence. Ces associations sont clairement engagées en termes de responsabilités juridiques et morales. Alors que le gérant publie clairement qu'il n’y a aucune raison de changer notre façon de gérer, quel professionnel pourrait reprendre la commercialisation de ce type de produit, aux phases répétitives de pertes massives, à une clientèle non avertie ?... Point de remise en cause de la gestion H2O qui, en confirmant médiatiquement et juridiquement qu' il n’y a aucune raison de changer leur façon de gérer, laissent l'ensemble des responsabilités juridiques aux commerciaux. Juste un questionnement sur la commercialisation de ce type de fonds, et d'une majorité d'autres par des professionnels qui, ne pouvant remplir réellement leurs due diligences, risquent de faire prendre des risques inconsidérés à leur clientèle non avertie. Et vu le passé de crises massives répétitives H2O, et la déclaration médiatique qu' "il n’y a aucune raison de changer notre façon de gérer"...

Si H2O est un cas d'école, il est aussi un AVERTISSEMENT pour nous professionnels. En effet, à quelles défenses juridique et morale pourrons-nous prétendre, lorsque les implosions financières et médiatiques des fonds communs de placement, vendus à tort comme des produits financiers, auront lieu ?

La commercialisation des fonds communs de placement comme étant des produits financiers est certainement l'une des plus grandes erreurs du monde financier. Si l'on veut éviter les affres et conséquences de ce mensonge, il est impératif que cette erreur soit traitée de façon structurée et adaptée dès maintenant. Sans cela, les phases alternatives des crises SOCIOlogiques, ECOnomiques, POlitiques et FInancières que nous connaissons risquent dévoluer vers une concentration, et là ...

Pour les épargnants qui ont engagé une procédure juridique contre H2O, je rappelle que j'avais prévenu le ministre de l'Economie des risques H2O par courrier RAR.

Comme la majorité des indices, le CAC 40 n'est pas un indice de structure et de réalité financières. Vendre le CAC 40 comme systématiquement de réalité financière est une escroquerie. Le CAC 40, comme tous les indices, doit IMPÉRATIVEMENT être retraîté en termes de réalités et possibilités financières.

L'extrapolation actuelle d'un cours réalisé lors d’un échange boursier de peu d'actions à une heure précise à toutes les actions, qui est à la base de la volatilité (fortes hausses et fortes baisses à la base des krachs boursiers répétitifs) des marchés, relève juridiquement de la perte de chance, de l'abus de confiance et de l'escroquerie des épargnants.

FONDS COMMUN DE PLACEMENT,

PRODUIT FINANCIER OU SUPPORT D’UNE ESCROQUERIE FINANCIERE ?

Pour en comprendre l'origine :

ECORAMA 11/03/19 : "La vulnérabilité de notre système financier est considérable, nous sommes dans une situation pire que 2008 !", selon Jean-Claude Trichet

Les bases pour comprendre

30 01 17 LIQUIDITE BOURSIERE OU LE LEURRE D'UNE AVEUGLEMENT COLLECTIF

20 05 13 Une histoire de la bourse

http://www.economiematin.fr/les-experts/item/4743-marches-bourse-evolution-produits-financiers/?utm_source=newsletter&utm_medium=Email&utm_campaign=NL-2013-05-20

26 05 18 : Fonds commun de placement action, simple chaîne de Ponzi ?

http://www.economiematin.fr/news-fonds-communs-placement-bourse

14 06 18 Oui, les fonds communs de placement sont bien des chaînes de Ponzi

http://www.economiematin.fr/news-pyramide-ponzi-fonds-communs-placement

Information boursière faussée ou pas faussée ?

19 12 19 De la topologie en finance

18 12 19 De la singularité comptable à l’obligation d’habilité financière ?

28 10 19 Approche technique des Fonds de Stabilisation Boursiers Régionaux (FSBR) ©

 

ARTICLES PRESSE FRANCE ET SUISSE

D'autres articles : ICI

Pour comprendre :

- L'origine des dysfonctionnements actuels voir vidéos et écrits sur www.socioecopofi.com

- Réflexions : Du respect du droit à l'Information Juridiquement Opérationnelle (IJO) ©

Pour plus d'explications, voir le bandeau à gauche pour les choix possibles en fonction de vos recherches

Les investisseurs commencent à se détourner des marchés et les chocs boursiers se multiplient. La place prise par les transactions algorithmiques y serait-elle pour quelque chose ?

C'est sur cette volatilité fabriquée par le choix de normes comptables inadéquates que les marchés dérivés spéculatifs trouvent leur terrain de jeux et de destruction SOCIOECOPOFI (SOCIOlogique, ECOnomique, POlitique et FInancière)

Marchés dérivés qui trop souvent, sont utilisés pour détourner les capitaux de l'économie réelle, celle qui crée des emplois, vers l'économie virtuelle, celle qui, in fine, paupérise les épargnants et les Etats.

A quand, une double information boursière ? Celle de la variation de la spéculation du jour basée sur le principe comptable du market to market (prix du marché) pour les opérations achats/ventes réalisées et une autre plus logique appelée Information Humainement Responsable calculée selon le market to model ( prix de spéculation pondéré par la faiblesse des volumes) pour les autres porteurs de parts. Utiliser le prix de la spéculation du jour comme outil de valorisation pour tous les titres relève de la destruction SOCIOECOPOFI (SOCIOlogie, ECOnomie, POlitique, FInance ).

Et pourtant :

Les normes IAS et IFRS ont été mises en place après le scandale Enron (années 2000). Leur principe est de passer de la « valeur historique » (coût historique) à la « juste valeur ». Si la « juste valeur », étant issue d’une extrapolation de la valeur de marché issue d’un échange de faible volume à tous les titres, porte en elle les stigmates de la crise de 2007, pour l’instant elle est toujours en vigueur. Au lieu de la modifier en faveur d’un système moins instable, mais aussi moins « productif » pour ses promoteurs, il a été choisi de mettre en place des gardes fous financiers destructeurs d’économie en prévision de futures crises. Inutile de dire qu’en cas de crise systémique, ces gardes fous ne serviraient à rien. En Bourse , les normes IAS 39 offrent trois possibilités (options) comptables : 1) Le Mark-to-Market lorsqu’il existe un marché actif. Vu la faiblesse des volumes échangés en Bourse , il est plus que permis de remettre en cause cette option dans le domaine Boursier. Et pourtant, c’est bien cette option, en violation totale du principe d’égalité des porteurs de parts, qui est choisie et certifiée. En synthèse, les performances réalisées par une très faible minorité de porteurs de parts peuvent être extrapolées à tous les porteurs de parts. Ce faisant, ces performances fictives pour tous les porteurs de parts sont à la base de la création de la volatilité des marchés financiers , des marchés dérivés et des dérives des marchés dérivés. Eh oui ! Imaginez vous que la valorisation quotidienne de votre patrimoine dépend du chiffre qu’ont gagné ou perdu les spéculateurs boursiers à 17h30. Quelle variation de valorisation quotidienne ! Quelle volatilité ! Comme l'indique les textes de loi repris ci-dessous, cette situation relève juridiquement de la perte de chance, de l'abus de confiance et de l'escroquerie. Nous ne parlerons pas des déstabilisations étatiques. 2) Deuxième option : En l’absence de marché actif , on peut valoriser en observant la valeur des actifs similaires. Pensez-vous qu’une valeur issue d’un échange de faible volume, soit une valeur d’un actif similaire ? Pensez-vous que l’on puisse considérer que vous avez gagné (ou perdu) le même montant que les joueurs qui ont gagné au casino à 17h30 ? 3) Troisième option : Le Mark-to-Model. Dans cette option, le prix peut être obtenu par des techniques de valorisation interne. A la place d’extrapoler à tous les porteurs de parts les gains ou les pertes réalisés par une très faible minorité, pourquoi ne pas prendre comme base de valorisation comptable la répartition de la valeur des gains ou pertes des spéculateurs à tous les porteurs de parts ? Ne serait-ce pas moins déstabilisateur que le système actuel ? Ne serait-ce pas plus logique en terme juridique ? Ne serait-ce pas plus honnête ?

Ce site, s'il n’est pas un site officiel tant dans sa constitution que dans sa démarche est le seul qui respecte les lois et l'intérêt des épargnants .
Malheureusement, les variations de cotations proposées ne sont en AUCUN CAS des variations de cotations officielles.

Derniers rappels : Le cours de bourse n’a d’importance que pour les « petits » porteurs qui ne suivent pas la masse pour passer leurs ordres boursiers ainsi que pour les investisseurs qui ont effectivement acheté ou vendu leurs titres. Les évaluations des FCP et SICAV sont fausses car irréalisables pour l’ensemble des porteurs de parts. Souvenez-vous du Loto, ce n’est pas parce que 0,1% des Français ont gagné que l’on dit aux autres qu’ils ont tous gagnés. Les comparatifs de SICAV et FCP (tels qu’ils sont aujourd’hui) ne sont, bien souvent, que des outils de vente fallacieux.

Très bonne navigation sur le site Agence de cotation IHR (Information Humainement Responsable).

Et si le calcul de l'ISF était faux ? Et si vous pouviez le remettre en cause ?

Cette question mérite d'être posée et approfondie par les juristes et les professionnels car comment taxer un patrimoine qui n'existe pas et qui ne peut exister dans sa valorisation financière et fiscale actuelle ? Comment prendre comme référence patrimoniale des cours de bourse alors que ces derniers ne sont pas réalisables par l'ensemble des personnes taxées .
Mieux, si l'ensemble (ou même une minorité) des personnes taxées voulait vendre les titres, cela se traduirait mécaniquement par une baisse plus que significative (krach) de la valeur des titres boursiers.
La seule base correcte pour une estimation ne serait-elle pas dans l'utilisation du cours VHR ?

Financièrement vôtre

Christian PIRE

03 09 21 DERNIERE NEWS DANS LES ECHOS

Extrait

Affaire H2O

KPMG n'a pas pu certifier les comptes de certains fonds

 

L'auditeur a été dans l'impossibilité de valider les comptes des anciens fonds de la filiale de gestion d'actifs de Natixis. Scindés l'an dernier en raison de problèmes de valorisation, ces produits ont aussi violé, dans le passé, des règles de marché. L'horizon de sortie des clients reste toujours aussi incertain. Il y a tout juste un an, H2O avait dû geler les entrées et les sorties de ses clients sur 10 milliards d'euros d'actifs logés dans ses fonds de droit français, en raison d'incertitudes sur leur valorisation. Ces véhicules avaient ensuite été scindés et des milliers d'épargnants, majoritairement français et italiens, restent depuis piégés dans la partie illiquide (1,6 milliard d'euros) des portefeuilles. L'auditeur a été dans l'impossibilité de valider les comptes des anciens fonds de la filiale de gestion d'actifs de Natixis. Scindés l'an dernier en raison de problèmes de valorisation, ces produits ont aussi violé, dans le passé, des règles de marché. L'horizon de sortie des clients reste toujours aussi incertain.

 

Mon commentaire

 

Dans la configuration actuelle, le manque de liquidité et de fluidité des marchés est générique. C'est pour cela que depuis de nombreuses années, j'ai proposé aux présidents des trois principales associations de conseils en gestion de patrimoine et aux acteurs de la gestion de patrimoine de se démarquer commercialement et professionnellement, par l'analyse dite IHR (Information Humainement Responsable) de l'environnement commercial des OPCVM.

 

DANS LES CONDITIONS DE LA COMMERCIALISATION ACTUELLE, AUCUN OPCVM N'EST IN FINE LIQUIDE SELON LES INFORMATIONS PUBLIÉES.

LES CONDITIONS DE COMMERCIALISATION ONT CRÉÉ UNE

IMMENSE CHAÎNE DE PYRAMIDES DE PONZI.

 

Dès lors, c'est l'ensemble de la collecte qui doit revoir les normes des valorisations comptables pour aller vers la cohérence globale, que j'appelle Humanity Invest.

 

Tous les fonds communs de placement, à de très très rares exceptions près, sont en risques systémiques d'implosion. Tout peut encore être inversé. Pour cela, il faut que les représentants des professions commerciales agissent rapidement en proposant un plan graduel opérationnel de solutions à l'AMF, et au ministre de l'Économie.

N'est-ce pas ce plan que les trois prinipales associations de représentation des conseillers en gestion de patrimoine ont refusé depuis des années, en faveur du maintient volontaire d'actes commerciaux relevant de la pertes de chance, de l'abus de confiance et de l'escroquerie des épargnants non avertis... là où deux présidents de l'AMF ont marqué leur intérêt ?

 

Allez comprendre ! Pourquoi, comment ou combien ?

 

Pour rappel,

 

Comment tenir le prochain Salon Patrimonia en continuant d'occulter les réalités juridiques du manque de crédibilité financière des valorisations comptables des fonds communs de placement ?

 

Sans l'action de responsabilités professionnelles humaine et humaniste, que je qualifie de Humanity Invest, les professionnels risquent d'être emportés par leurs responsabilités juridiques et commerciales lors de la vague de l'implosion de "l'illiquidé" globale des fonds communs de placement.

J'engage les professionnels de la distribution à prendre la voie de l'analyse PROFESSIONNELLE des RÉALITÉS, en remplacement des FICTIONS basées sur l'assimilation systématique des valorisations comptables en équivalences financières.

 

Un exemple des certaines réalités ...

17 08 21 un article paru sur Investir.com commenté

Textes de loi cliquez ici

Articles de presse sur ce thème cliquez ici

Approche juridique non exhaustive : Du respect du droit à l'information juridiquement opérationnelle cliquez ici