Humanity Invest Comprendre notre monde financier Accueil

Humaniser la finance

Bonjour,

Ayant été dépositaire INPI (Institut National de la Propriété Intellectuelle) des normes ESG (Environnement, Sociale, Gouvernance), ISR (Investissement Socialement Responsable) et IRD (Investissement Responsable Durable) pendant de nombreuses années, je n'ai pu que constater l'évidence du non-respect de mes dépôts et de leur éthique.

Dès lors, que faire ? Faire valoir mes droits sur des normes abusées ou créer une norme exempte de passif avec son environnement informationnel dédié ? C'est en prévision de cette situation, que je créais et déposais il y a plusieurs années à l'Institut National de la Propriété Intellectuelle la norme HUMANITY INVEST, et son environnement informationnel dit IHR (Infomation Humainement Responsable). Environnement informationnel comprenant ses agences de cotation, de valorisation et d'information.

Malheureusement, là où des présidents de l'Autorité des Marchés Financiers ont cru bon devoir me répondre en marquant leur intérêt, ce en quoi je les remercie, les trois principales associations de conseils en gestion de patrimoine, informées par plusieurs courriers en RAR de mes travaux, ont toujours choisi de pratiquer le silence en continuant de couvrir sciemment des us et coutumes relevant juridiquement de la perte de chance, de l'abus de confiance et de l'escroquerie des épargnants non avertis.

Dès lors, comment changer les réalités sans prendre le temps de publier, pendant plusieurs années, des éléments capables de prouver la qualité et les engagements indéfectibles de mes travaux et actions ?

Quel plus bel et plus juste axe de développement, que l'honnêteté basée sur la rigueur et le respect des épargnants ?

Merci.

Publié le 18 06 21

Christian PIRE

HUMANITY INVEST

ORIGINE

L’origine de la volonté de création de Humanity Invest est la constatation que les mesures qui devaient être prises après les crises boursières répétitives n’ont pas été pas prises.

 Force est de constater que les crises n'ont fait qu'amplifier l'ensemble des déstabilisations.

Malgré les multiples mea-culpa post crises répétitives, l'ensemble des métiers de la finance continue d'être soumis à la publication de chiffres comptables n'ayant aucun pertinence financière générique. 

A l'exemple, des gérants et commerciaux financiers qui présentent voire commentent quotidiennement l'évolution de valorisations comptables comme si elles avaient une réalité financière alors qu'elles n'en n'ont AUCUNE, cela en contradiction totale avec la réalité et les textes de loi. Cherchez l'erreur !

 Ainsi, les Conseils en Gestion de Patrimoine et autres professionnels, indépendants ou non, en sont réduits à n'être trop souvent que des revendeurs d'OPCVM (FCP et SICAV) assimilables à des pyramides de Ponzi (Madoff).

 Humanity Invest permettra aux professionnels et aux particuliers de décider eux-mêmes des critères éthiques Humanity Invest affectés à leurs investissements et à leur information.

 Humanity invest proposera aux clients de doubler l'Information Administrative Officielle (IAO) par l'Information Juridiquement Opérationnelle (IJO) qu'est l'information financière humainement responsable© dite IHR© ou INFIHR© basée sur la pondération des performances par le volume échangé du jour sur le flottant.

Pour rappel

 Le « prix » est une Information Juridiquement Opérationnelle (IJO).

 

Dans le domaine boursier, il est évident que le « prix » d’un échange financier réalisé par un faible volume de titres ne peut en aucune façon continué d'être extrapolé mécaniquement aux autres titres ... sauf à ne pas respecter les principes juridiques de base ou à continuer de faire croire aux épargnants qu'ils ont gagné ou perdu le même montant que les quelques spéculateurs du jour. Réalté des dérives actuelles ce qui est à la base des euphories  économiques et financiers et des krachs qui s'en suivent. Krachs qui ne sont que la résultante d'une information financière tronquée et détournée.

Valeur, prix ou valorisation ?

La « valeur » est une estimation économique basée (calculée, estimée) sur les réalités SOCIOlogiques, ECOnomiques, POlitiques et FInancières (SOCIOECOPOFI) de l’entreprise.  La « valeur » est une Information Estimative Professionnelle (IEP).

Le "prix" est la réalité de l'échange d'un volume déterminé à un prix négocié pour ce seul volume. Ce prix pour un volume ne peut en AUCUN CAS être extrapolé en réalité pour les autres titres. En effet, la seule information du prix du jour pour ceux qui n'ont pas vendu est qu'il ne serait pas réalisable par d'autres vendeurs puisque l'augmentation du nombre des vendeurs ferait baisser mécaniquement le prix.

La "valorisation" est une notion comptable. Cette dernière ne peut être estimée que par l’application à bon escient de l'une des trois possibilités comptables normées en fonction des situations. Ces possibilités sont :

1) Le Mark-to-Market lorsqu’il existe un marché actif. Vu la faiblesse des volumes échangés en Bourse , il est plus que permis de remettre en cause cette option dans le domaine Boursier. Et pourtant, c’est bien cette option, en violation totale du principe d’égalité des porteurs de parts, qui est choisie et certifiée. En synthèse, les performances réalisées par une très faible minorité de porteurs de parts peuvent être extrapolées à tous les porteurs de parts. Ce faisant, ces performances fictives pour tous les porteurs de parts sont à la base de la création de la volatilité des marchés financiers , des marchés dérivés et des dérives des marchés dérivés. Eh oui ! Imaginez vous que la valorisation quotidienne de votre patrimoine dépend du chiffre qu’ont gagné ou perdu les spéculateurs boursiers à 17h30. Quelle variation de valorisation quotidienne ! Quelle volatilité ! Cette situation relève, comme l'indique les textes de loi repris ci-après, de l’abus de confiance et de l’escroquerie. Nous ne parlerons pas des déstabilisations étatiques.

2) Deuxième option : En l’absence de marché actif , on peut valoriser en observant la valeur des actifs similaires. Pensez-vous qu’une valeur issue d’un échange de faible volume, soit une valeur d’un actif similaire ? Pensez-vous que l’on puisse considérer que vous avez gagné (ou perdu) le même montant que les joueurs qui ont gagné au casino à 17h30 ?

3) Troisième option : Le Mark-to-Model. Dans cette option, le prix peut être obtenu par des techniques de valorisation interne. A la place d’extrapoler à tous les porteurs de parts les gains ou les pertes réalisés par une très faible minorité, pourquoi ne pas prendre comme base de valorisation comptable la répartition de la valeur des gains ou pertes des spéculateurs à tous les porteurs de parts ? Ne serait-ce pas moins déstabilisateur que le système actuel ? Ne serait-ce pas plus logique en terme juridique ? Ne serait-ce pas plus honnête ?

Là ou la « valorisation » n'est qu'une Information Administrative Officielle (IAO) issue du choix d'un raisonnement purement comptable,

le "prix" réalisé pour un volume est l'Information Juridiquement Opérationnelle (IJO),

quand à la "valeur" économique, elle n'est qu'une Information Estimative Hybride (IEH)

Exemple concret avec le dossier médiatique de la société H2O

Humanity Invest ne sera réellement créé que lorsque les professionnels marqueront leur volonté de sortir du système de désinformation financière actuelle menant à la banalisation et à la généralisation de la perte de chance, de l'abus de confiance et de l'escroquerie des épargnants non avertis. 

Bonne visite

Christian PIRE

NORMES ET NORMALISATION

Réflexion

Ici