Club patrimoine

Investissement Socialement Responsable, la responsabilité sociale des entreprises,responsabilité sociale et environnementale, investissement responsable responsabilité sociale des entreprises, ESG définition, ESG, investissement humainement responsable

Club patrimoine

PRESSE COMMENTEE DU JOUR

11 avril 2016

CLUB PATRIMOINE

Après avoir demandé un droit de réponse à Club Patrimoine, suite aux propos mensongers et tendancieux tenus par Monsieur Rondeau, resté sans réponse, ci-après un mail envoyé la 8 avril à Club patrimoine.

Décidemment la balance gratuite et malhonnête est encore, a priori, une des spécialités de certains français. Et pourtant, quel passé... Cela dit, je n'ai toujours pas vu de réaction juridique de la part des "délateurs", Messieurs Rondeau et Corbel concernant l'abus de confiance et l'escroquerie des porteurs de parts qu'ils nient, a priori, directement pour Monsieur Rondeau et indirectement pour Monsieur Corbel. En seraient-ils des acteurs et bénéficiaires dans leur profession ?

Fin du match. Plus de combattant de la noble cause de la gestion de patrimoine et de l'honnêteté face aux méchants banquiers et au trublion que je suis.  Seul reste le principe marshmallow du silence. Il faut dire qu'il n'y a pas beaucoup de métiers qui permettent une telle chaîne de prélèvements indus sur des clients non avertis et non qualifiés à qui l'on profère de tels bobards qu'ils croient tous en l'honnêteté et en la compétence des ces vendeurs. Vendeurs de...

A ce sujet, je n'ai toujours pas vu la remise en cause juridique de mes propos par la Compagnie des CGPI ou autre. En fait, le principe ne serait-il pas "tant que l'on touche, on se fait petit et on joue sur le temps en menaçant les trublions" ?

Ce calcul à la prochaine crise verra ses limites car l'accumulation des réalités de mes écrits, des silences des associations (attention qui ne dit mot consent), des réactions et des balances du duo Club patrimoine/Rondeau ainsi que les RAR envoyés aux associations permettront de façon probante aux investisseurs de faire valoir leur droit le moment venu contre ceux qui les ont abusé volontairement, en toute conscience et de façon préméditée. Ah les RAR en justice que de dégâts....et j'en ai fait plusieurs ces dernières années aux associations avec information dans mes écrits aux professionnels et à l'AMF... Chers professionnels, croyez-vous vraiment que l'AMF va et pourra continuer de se taire sur les évidences actuelles ? AMF dont l'objectif 2016 est de "Redonner du sens à la finance". Vendre des chiffres de performances bidons et toucher sur cette désinformation volontaire, est-ce encore possible dans l'objectif AMF ?

Compagnie des CGPI via Monsieur Rondeau a priori plus forte en gueule et en balance qu'en actes favorables à leurs clients non avertis et non qualifiés concernant leur désinformation "boursière" et leur abus de confiance et escroqueries ? En fait de longue vue présente dans leur logo, cette longue vue ne serait-elle pas qu'une prospective des commissions et rémunérations payées par leurs clients sur des abus de confiance et escroqueries certains cas ? A cette question, je ne peux répondre car cela ne reste qu'une question sans réponse pour moi aujourd'hui. Cela dit, point de stigmatisation puisqu'elle est suivie par ces consoeurs qui sous le silence du "courage fuyions" abandonnent et abandanneront, a priori, les professionnels adhérents lors des moments difficles.

D'autant plus que manque de chance, ce sont ces bobards financiers qui, prenant une ampleur devenue ingérable font exploser les systèmes et les "pays" avec une régularité quasi métronomique, seront mis à charge des professionnels qui ne pourront plus dire qu'ils ne savaient pas.

A votre avis avec la judiciarisation, les clients non avertis et non qualifiés lésés continueront-ils et accepteront-ils d'avoir les mêmes explications et mensonges que par le passé des associations et des "professionnels" qui les ont abusés JURIDIQUEMENT de façon volontaire et préméditée ?  Vous doutez des qualifications juridiques ? Et si vous posiez la question clairement à vos associations et à l'assureur de cette dernière ? Suis-je un simple trublion ou un professionnel ?

Il est impératif pour l'ensemble du système d'en finir avec le système actuel. Car, si pour l'instant je ne suis qu'un "gêneur", malheureusement demain je serai peut-être considéré par certain comme un visionnaire ou un "problème". Visionnaire ou "problème" que je ne suis pas puisque mes dires sont parfaitement connus des professionnels qui en persévérant dans leur silence et leurs actes sont devenus, dans quantité de cas et sans s'en apercevoir en terme juridique, des escrocs avec préméditation.

Vous en doutez ? Pourquoi les associations continuent-elles de se taire sur mes propos ? La technique du silence, opportune dans le cas de propos stupides, est-elle encore opportune dans le cas de la réalité ?

A votre avis, mes propos sont-ils stupides ou réels ?

Si ces propos peuvent choquer les présidents et membres d'associations ainsi que l'ensemble des professionnels, que ces derniers prennent le temps, non de vociférer sur les évidences qui les dérangent dans mes propos, mais de saisir l'opportunité de prendre la porte grande ouverte du seul Avenir possible, celui basé sur des rélations plus "Justes" et plus professionnelles avec leurs clients. Pour cela, plus de mensonge et de rémunérations abusées, juste la réalité et une rémunération basée sur cette seule réalité. Au demeurant, là, ce sera construit une réelle pérennité, LA pérennité professionnelle décuplée financièrement par les nouvelles dynamiques de la différenciation, de la qualité et sutout de la sérénité retrouvée par leurs clients. Fin des bobards boursiers et immobiliers.

Pour terminer : Extrait d'une préface de Christophe André : La philosophe Simone Weil, comme bien d'autres penseurs, se posait elle aussi cette question, par exemple au moment de la Seconde Guerre mondiale : "Queues alimentaires. Une même action est plus facile si le mobile est bas que s'il est élevé. Les gens qui restaient debout, immobiles, de une à huit heures du matin pour avoir un oeuf, l'auraient très difficilement fait pour sauver une vie humaine..."

Je propose à Monsieur Rondeau et autres, à Club patrimoine et autres, de ne plus rester debout et immobiles (sauf dans leurs attaques à mon sujet, ce qui n'a absolument aucun intérêt Humanity Invest) mais de travailler, tout à leur profit, en faveur d'un renouveau financier sauveur de vie. Eh oui, sauveur de vie car pour rappel la seule spéculation sur matières premières fait 35 000 000 de morts par an et la crise financière actuelle, qui aurait pu être évitée avec le principe d'une double cotation boursière, fait elle aussi quantité de morts quotidiennement sur l'ensemble de l'Europe et bien au-delà. Ici, je ne parlerai pas des clients épargnants lésés et abusés par leur entrée dans un jeu financier qu'ils ne comprennent pas.

Cela fait maintenant plusieurs années que j'écris sur l'ensemble des bienfaits (images, retombées humaines et financières etc..) pour les professionnels financiers, si ces dernières choisissaient de se distinguer par un NON aux tares du système financier actuel et par l'explication au grand public du pourquoi ce NON.

A votre avis quel meilleur outil marketing que le "Juste" pour asseoir définitivement une différence ?

Rester dans la file pour avoir un oeuf en temps de Paix, tout en sachant que le prix de cet oeuf est la trahison des personnes qui ont reporté leur confiance sur des personnes qu'ils pensaient être professionnelles et honnêtes est-il encore cohérent ? L'a t-il été seulement un jour ?

Feu mon père disait " Oser toujours avec courage, céder parfois avec honneur, rénoncer jamais avec détermination.. Gagner toujours avec humilité"

Ce Monsieur ravitaillait les maquisards à 7 ans et fut épargné par un Allemand suite à la balance"d'un "bon belge"... avant de recommencer avec d'autres enfants les ravitaillements.

Excellent week end

Christian PIRE


Monsieur,


Suite à mon mail concernant les propos de Monsieur Rondeau que vous avez publiés sans aucun vérification professionnelle, ni personnelle et sans retour de votre part concernant mon dernier mail et ma demande de droit de réponse, vous voudrez bien trouver ci-dessous un mail de mon avocat qui clarifie la situation. Merci de bien vouloir me préciser votre intention et de bien vouloir respecter la loi.
Sans réponse de votre part, je ferai valoir mes droits.

Christian PIRE

Mail de mon avocat

Cher Monsieur,
Le droit de réponse (notamment s'agissant d'écrits parus sur Internet) est soumis à un formalisme bien particulier dont je vous livre les textes ci-dessous pour vous permettre, le cas échéant, de l'exercer pleinement:

Article 6 IV de la loi pour la confiance numérique du 21 juin 2014:

"IV. - Toute personne nommée ou désignée dans un service de communication au public en ligne dispose d'un droit de réponse, sans préjudice des demandes de correction ou de suppression du message qu'elle peut adresser au service, [Dispositions déclarées non conformes à la Constitution par décision du Conseil constitutionnel n° 2004-496 DC du 10 juin 2004].
La demande d'exercice du droit de réponse est adressée au directeur de la publication ou, lorsque la personne éditant à titre non professionnel a conservé l'anonymat, à la personne mentionnée au 2 du I qui la transmet sans délai au directeur de la publication. Elle est présentée au plus tard dans un délai de trois mois à compter de [Dispositions déclarées non conformes à la Constitution par décision du Conseil constitutionnel n° 2004-496 DC du 10 juin 2004] la mise à disposition du public du message justifiant cette demande.
Le directeur de la publication est tenu d'insérer dans les trois jours de leur réception les réponses de toute personne nommée ou désignée dans le service de communication au public en ligne sous peine d'une amende de 3 750 EUR , sans préjudice des autres peines et dommages-intérêts auxquels l'article pourrait donner lieu.
Les conditions d'insertion de la réponse sont celles prévues par l'article 13 de la loi du 29 juillet 1881 précitée. La réponse sera toujours gratuite.
Un décret en Conseil d'Etat fixe les modalités d'application du présent article."

Et son décret d'application du 24 octobre 2007, consultable via le lien suivant:
https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000428279&dateTexte=&categorieLien=id

 

"PRESSE COMMENTEE"


MONSIEUR RONDEAU ENCORE "OUT" MDR

7 avril 2016

RONDEAU 2

OU QUAND RONDEAU SE REPREND LES PIEDS DANS LA TAPIS

Du "chevalier blanc" au peut-être "chevalier bancal"

Juste pour rire

Dans "H24" du 06 04 16 Article intitulé :

Lettre envoyée aux institutions par Jean-Pierre Rondeau, Président de la Compagnie des CGPI...
Publié le 6 Avril 2016

Courrier adressé à :
 
•    Madame Nathalie Homobono, Directrice générale à l'administration centrale du ministère de l'économie, de l'industrie et de l'emploi, DGCCRF
•    Monsieur Benoît de Juvigny, Secrétaire Général de l’AMF
•    Monsieur François Molins, Procureur de la République au Parquet de Paris
•    Édouard Fernandez-Bollo, Secrétaire Général de l’ACPR
 

Indépendamment des objectifs personnels de Monsieur JEAN-PIERRE RONDEAU dans ce type de courrier , il est a relevé que Monsieur Rondeau s'est de nouveau pris les pieds dans le tapis. A force de vouloir trop en faire et de ne peut-être pas avoir les compétences requises.....

Dans ce courrier qui pourrait être considérer comme une simple "réclame" intuitu personnae, Monsieur RONDEAU décrit exactement les escroqueries basées sur les OPCVM qu'il nie (ou qu'il ne comprend pas). Mille excuses, mais comment ne pas être plié de rire comme lorsque l'on lit un Gaston Lagaffe.

Comme vous pourrez le constater Monsieur Rondeau envoi son courrier à Monsieur Benoît de Juvigny, Secrétaire Général de l’AMF c'est à dire à un des plus hauts cadres de l'AMF.

Toujours "Juste pour rire", où quand Monsieur de Juvigny reconnaissait les faits que je décrie (et que nie Monsieur RONDEAU) mais ne voulait rien faire, souvenez-vous :


Benjamin Jullien dans « La Tribune » daté du 6 décembre 2010 en page 37 :

Article intitulé : Les professionnels ne veulent pas de normes trop strictes
« L’évaluation financière est si peu encadrée qu’elle fait presque figure d’anomalie dans l’univers réglementé de la finance. Mais avec l’essor du concept de « juste valeur », l’évaluation est apparue comme le maillon faible de l’information financière lors de la crise du « subprime », qui a mis en évidence la difficulté à cerner la valeur intrinsèque d’un actif en l’absence de transactions sur le marché. L’AMF n’exclut pas la « possibilité de faire référence, à terme, aux standards de l’IVSC », mais « ne se prononce pas, à ce jour, en faveur de normes précises et contraignantes » indique Benoît de Juvigny, secrétaire général adjoint en charge de la direction des émetteurs de l’AMF. »

Bonne lecture et bonne rigolade.

Et pourtant Monsieur RONDEAU, écrivait lui-même :

Jean-Pierre Rondeau, président de CIF-CGPC, dans H24Finance daté du 29 juillet 2010 :
Article intitulé : Un dernier coup de g... avant les vacances
" Oui, les banques sont immorales. Oui, Madame MERKEL a raison d’interdire les ventes à découvert quand elles ne sont que des opérations de spéculation et pas de couverture. Je veux oublier ses rodomontades et celles de notre président quand ils demandaient, il y a à peine quatre ans encore, que l’on impose moins de contraintes aux hedge funds pour « permettre à l’industrie financière européenne de rattraper son retard sur NY et surtout la GB » ! J’espère aussi que Mr OBAMA fera ce qu’il prétend. Et donc qu’une banque de dépôts US ne pourra plus faire d’opérations pour compte propre, même à travers une filiale. Car même quand elle joue avec ses propres fonds, elle met en péril les capitaux de ses clients en prenant le risque de disparaitre. Et si elle est sauvée, c’est avec l’argent du contribuable. D’autre part, elle joue aussi avec l’argent de ses clients en leur vendant des produits "pourris", dits garantis ou structurés et des hedge funds ou fonds alternatifs (je parle des non monétaires surtout, car l’on met en avant les seuls monétaires pour dire qu’il y a de bons hedge). Mais elle utilise aussi les mandats de gestion directe ou OPCVM pour faire tourner les portefeuilles. Le tout lui permet actuellement de rembourser les Etats pour ne pas être sous tutelle informelle et pour pouvoir payer des bonus.
Enfin, quand c’est une très grande banque, elle manipule les cours comme cela peut se constater presque toutes les fins d’après midi sur le CAC ou à Wall Street. Jamais je n’avais vu autant de mensonges que depuis 2007 : chez des gérants, analystes, agences de notations, patrons de banques et de sociétés de gestion, ministres aussi, etc. La bourse actuelle ne veut plus rien dire. En 2007/2008 (avant Lehmann) j’étais invité à déjeuner par des gérants qui me disaient qu’il « fallait y aller », « que c’était le moment ». Et parce que je démolissais leurs arguments de vente, je les voyais se décomposer et me dire à la fin du repas, pour ne pas paraître trop incompétents : « Tu sais, Jean-Pierre, à titre personnel, j’ai tout vendu ! ». Il aurait fallu que je vende un marché à mes clients (et eux aux leurs) auquel eux-mêmes ne croyaient plus. Combien de banquiers ont-ils donné instructions aux conseillers des guichets pressés de campagne de vente de produits pour les faire simplement alléger les portefeuilles ? Oui, les banquiers (je ne parle pas de mes anciens collègues de terrain) se conduisent actuellement comme des voyous et avec eux beaucoup des intervenants en Finance. Heureusement, il existe encore de bons professionnels souvent gérants et conseillers indépendants, mais aussi des salariés de réseaux pour résister aux sollicitations." *Les propos rédigés par Jean-Pierre Rondeau ne sont pas nécessairement partagés par H24Finance. Ils n'engagent que leur auteur. » 

Du "chevalier blanc" au peut-être "chevalier bancal"

Bonne lecture et bonne rigolade.

Objet : Lettre aux Institutions mobilisées au sujet des Forex, options binaires et arnaques financières en ligne : AMF, Parquet de Paris, DGCCRF et ACPR.
 
Madame, Messieurs,
 
La Compagnie des CGPI se félicite de la mobilisation de l’AMF, de l’ACPR, du Parquet de Paris et de la DGCCRF, dont elle a pris connaissance par le communiqué du 30 mars.
 
La Compagnie des CGPI espère simplement que la vigilance sera la même pour les autres arnaques dont ces organismes sont nourris d’alertes, y compris par ses soins : des manuscrits aux emplacements funéraires (tout récent), en passant par la financiarisation des crevettes, du vin, de l’art, des chevaux, des panneaux solaires, des forêts exotiques, de l’immobilier à l’Étranger non vérifié, des terres rares, des diamants et pierres précieuses en général, des montres, etc.
 
Liste non exhaustive, l’imagination étant sans borne.
 
Placements risqués et qui donnent lieu, bien souvent, à des escroqueries, certainement dans la même proportion que pour le FOREX.
 
Que ce soit offert en ligne ou par e-mail, ce sont des activités tout aussi « très spéculatives et tout aussi intrinsèquement dangereuses pour les particuliers » que le Forex.
 
La Compagnie des CGPI espère notamment que le Parquet de Paris bénéficiera des moyens nécessaires pour que les escroqueries qui se révèlent évidentes à l’examen ne trainent pas des années en longueur, continuant à ruiner les particuliers et même les entreprises, que ces institutions ont pour mission de protéger.
 
Trois ans pour les manuscrits, si on s’en tient à l’alerte officielle, ou encore trois ans pour une escroquerie de panneaux solaires, cela peut paraitre scandaleux.
 
Nous parlons de drames humains dont une partie aurait pu être évitée, ce qui fut le cas pour les clients des adhérents de notre organisation pour le Madoff français.
La Compagnie des CGPI espère, que pour la défense des Investisseurs les plus démunis en termes de formations et informations, les Autorités feront preuve du même courage que celui dont elle a fait preuve pour les récents scandales.
 
La Compagnie des CGPI espère que tous ces produits financiarisés seront demain soumis au statut CIF, comme l’a souhaité l’AMF.
 
Et bien que cela serait au détriment de la Profession, compte tenu de la charge pour les associations et des risques de confusion entre vrais CGPI-CIF et CIF opportuns.

La Compagnie des CGPI espère que la levée du secret pourra se faire entre les associations, notamment de CGPI-CIF, et l’AMF, comme celle-ci l’avait envisagé il y a quelques mois, mais aussi avec l’ACPR, et cela dans les deux sens.
 
En dehors de l’avantage évident de l’alerte, cela permettra à nos Autorités de faire savoir aux lanceurs d’alertes que leurs courriers ne sont pas restés lettres mortes.
 
La Compagnie des CGPI espère, qu’avec l’aide du Parquet de Paris, la Législation au niveau des risques judiciaires évoluera quant aux alertes lancées par les associations, en vue de protéger les Épargnants, et quant à l’exclusion de professionnels ayant ruiné leurs clients.
 
La Compagnie des CGPI espère que la FINTECH commerciale sera soumise à des contraintes administratives, juridiques, de contrôles et de formations identiques à ceux que subissent les CGPI-CIF.
 
La Compagnie des CGPI espère qu’une veille attentive est déjà engagée pour le crowdfunding ou finance participative, car, à côté d’excellents professionnels CIP, on voit déjà se jeter, comme sur la poule aux d’or, de mêmes aventuriers non professionnels (inscrits ou pas à l’Orias) semblables à ceux qui se répandent à chaque nouveau produit de défiscalisation.
 
Enfin, et bien que ce soit d’un tout autre ordre, la Compagnie des CGPI souhaiterait que l’Administration ne participe pas à ce hold-up d’État que constitue la requalification de produits de défiscalisation qu’elle a agréé.
 
Les investisseurs et leurs conseillers veulent bien aider les petites entreprises comme leur demandent l’État et les régulateurs.
 
Mais ils souhaitent que les risques soient limités à ceux pris par ailleurs avec les actions et obligations et non pas soumis à des redressements arbitraires, pour des raisons que les uns comme les autres n’ont aucun moyen de vérifier avant le dessaisissement des fonds.
 
D’où sa demande d’une loi de type "Scrivener", impliquant la responsabilité de l’Administration dans l’engagement des fonds, pour la meilleure protection de l’Épargnant.
 
La Compagnie des CGPI se tient à la disposition de ce groupe informel d’Institutionnels pour participer à des travaux communs.

Jean-Pierre RONDEAU, Président de La Compagnie des CGPI

@H24Finance

Encore merci à Monsieur RONDEAU pour cette nouvelle occasion de rire. Pour le reste, Monsieur RONDEAU peut continuer d'écrire, trop souvent des inepties, et à essayer de s'élever comme chevalier "blanc". Blanc ou bancal ?

6 avril

REPONSE DU 6 AVRIL 2016 A MONSIEUR RONDEAU SUITE A SON ECRIT PUBLIE DANS CLUB PATRIMOINE

"Vous pouvez tromper quelques personnes tout le temps. Vous pouvez trompez tout le monde un certain temps, mais vous ne pouvez pas tromper tout lemonde tout le temps.” Abraham Lincoln

Monsieur RONDEAU,

Dans votre "Lettre ouverte de Jean-Pierre Rondeau (Compagnie des CGPI) à Stephane TOULLIEUX sur le lancement du contrat "Advanced by Athymis »" parue dans Club Patrimoine, vous me citez ainsi que l’un de mes sites en des termes peu amènes, je vous invite à sortir de la cour d’école pour prendre de la hauteur… nous reviendrons dans l’arène à la fin de mon droit de réponse.

Cela fait plus de 10 ans voire 20 ans cette année que j’écris, publie et informe le grand public ainsi que les instances sur les origines des krachs et reprises afin d’alerter sur les risques des marchés financiers et risques juridiques issus de l’information financière actuelle non adaptée aux clients non avertis et non qualifiés. Information qui pour moi relève de l’abus de confiance et de l'escroquerie. Des mots forts, mais les professionnels n’ont pas eu jusqu'alors d’autre alternative que d’utiliser ce qui leur était et est encore donné aujourd’hui malgré les enseignements répétitifs des crises et la reconnaissance des failles de l'information financière par l'AMF et les autorités comptables. C’est pourquoi je propose des solutions d'informations financières juridiques qui permettent d’informer le grand public tout en protégeant, autant faire se peut, les professionnels… un cercle vertueux en sorte.

Tout cela est publié sur mes sites www.socioecopofi.com , www.agencedecotationihr.com en parfaite information des autorités et je suis disposé à en décrire les lignes avec toutes les instances pour aboutir à une Information Humainement Responsable garante du respect des clients investisseurs, de leur conseiller et de l’ensemble des professionnels oeuvrant dans ce domaine.

Ne serait ce pas le rôle d’une association représentative des gestionnaires de patrimoine, notamment la Compagnie qui met en avant sur son site « Au service des CGPI pour la défense de l’épargnant », ou serait ce un slogan publicitaire aux fins de se faire valoir…. Ce ne serait pas joli, joli pour quelqu’un qui s’élève tel le chevalier blanc et qui en profite pour faire un croc-en-jambe à ses homologues responsables d’associations… (cf lettre ouverte objet de ce droit de réponse: La Compagnie sera de nouveau malheureusement seule pour s’élever contre vos discours, les responsables de nos associations amies jugeant, encore une fois, qu’il est dangereux juridiquement de dénoncer ceux qui dénigrent la Profession pour obtenir du chiffre d’affaires, comme quand il s’agit aussi d’alerter nos confrères sur les produits pourris. »).

Pour ma part, j’ aime à penser que la majeure partie des intervenants oeuvrant dans notre environnement professionnel est pétrie de bonne volonté et que la plupart de ces professionnels sont animés d' une saine moralité . Je précise ici que j’adresse mes travaux également aux autres associations soeurs à moins que vous considériez l'ANACOFI, la CNCGP ou autres comme concurrentes.

Concernant Athymis et Monsieur TOULLIEUX, mes propos sont des plus positifs du simple fait qu’il expose simplement (mais courageusement) les "risques" de conflits d’intérêt (que vous ne contestez pas....c'est tout dire) dès lors que la rémunération sur certains fonds est différente. Réalité connue (ou tue) de tous et dont Monsieur TOULLIEUX, fort logiquement dans un environnement concurrentiel, en fait un argument promotionnel de sa société… Quoi de plus normal ? Quoi de plus juste que ses propos ? Qui plus est, propos mis en oeuvre par une compagnie d'assurance ! Que dire si ce n'est BRAVO. Enfin, un précurseur et une compagnie qui avance vers le futur et donc l'Avenir.

Cela dit, je pense et propose d'aller plus loin aujourd'hui dans l'intérêt de tous les clients, des professionnels, des autorités et au-delà de L’État.

Dites moi Monsieur RONDEAU, la vente de quelques titres à la fermeture des marchés boursiers ne continue-elle pas de façon absurde d'être le seul cours de référerence de tous les titres aujourd’hui … La vente d’un kilo de tomates en France à 17H30 fait-il le cours des milliers de tonnes de tomates produites ? Actuellement cela reste l'us et coutume des marchés financiers malgré les enseignements répétitifs des crises. Vous trouvez cela logique de maintenir ce seul raisonnement comme outil de valorisation des OPCVM ? Moi, non.

Je ne suis d’ailleurs pas le seul car l’AMF a gratifié mes travaux sur une double cotation boursière par un "particulièrement intéressé" du président Jouyet et "opportun" du président Rameix. Pendant que vous, vous "bavez" et "mentez".....

Car, mon cher Monsieur RONDEAU, si vous faites état à votre façon (à votre sauce) d’une partie de ma carrière, celle de président d’une société de Gestion … vous oubliez de mentionner les aberrations juridiques et la reconnaissance par le Conseil d'Etat que tout ce que nous avions fait était parfaitement légal tout en soulevant toutefois, fort opportunément mais à tort, l'intérêt des mandants. Jugement érroné dans le cas d'Edelweiss Gestion (ce qu'a démontré la suite de nos dossiers) mais qui a été très utile pour mettre à mal notre demande de dédommagement auprès du Tribunal administratif. Voir la première partie de l'histoire Edelweiss Gestion.

Je vous propose Monsieur RONDEAU de bien lire le jugement du Conseil d'Etat et vous pourrez vous apercevoir qu'il juge de facto coupables tous les professionnels actuels du seul fait du non respect de l'intérêt des porteurs de parts (mandants) dans le système de désinformation actuel. Eh oui, il suffit de lire. Naturellement, je vous engage vivement à demander un démenti formel de l'AMF sur cette réalité. Un peu de courage Monsieur RONDEAU vous qui aimez parler haut et fort...

Mais la mémoire n’a-t’elle pas cette faculté de faire le tri en fonction de l'objectif recherché qui peut aller de la pratique du "Juste" à la délation mensongère, intéressée et/ou "égotique"?

Ensuite, vous affirmez que j’ai eu un parcours chaotique, je ne sais de quel parcours chaotique vous parlez mais je vous invite à bien travailler vos insinuations car si vous persévérer dans la délation mensongère il va falloir de nouveau assumer vos mensonges.  

En effet, porter des allégations mensongères pour salir est à la portée de n’importe qui, surtout des plus petits.

Durant ma présidence de la société Edelweiss Gestion, nous avons connu une belle croissance. Ensuite, j’ai écrit mensuellement dès janvier 2007 mes craintes sur les valeurs boursières et mon conseil de se désengager du marché. Ecrits qui allaient à l’encontre, des intérêts de la société de gestion que je présidais. Cet acte m’a valu d’être "remercié" par ce Conseil de surveillance . Mais que voulez vous, il faut savoir assumer ses convictions. Je vous invite à prendre connaissance de l’historique sur le site www.socioecopofi.com qui y est publié en toute transparence. En effet, porter des allégations mensongères pour salir est à la portée de n’importe qui, surtout des plus petits. 

Pour votre information sur le traitement du dossier Edelweiss Gestion, j’ai déposé une plainte via Maître Patrice SPINOSI, plainte jugée suffisamment sérieuse pour être acceptée par la Cour Européenne des Droits de l'Homme. Rien que l'acceptation de mon dossier comme recevable est LA victoire car cela veut tout dire. Pour le reste "wait and see". 



Vous voyez mon très cher "bourreau", je vous le disais c’est à la portée de chacun d’entre nous.

Je propose à la Compagnie des CGPI d'enterrer la hache de guerre et de travailler main dans la main. Là-aussi vous voyez le sentiment de haine que vous m’octroyez m’est bien étranger. Par contre, j’admets que mes écrits choquent, vraisemblablement par leur réalisme que vous appelez " propositions utopistes et prétentions mytho maniaques ». Et oui ! Vous vous me fusillez, pendant que l’AMF me répond par un intérêt comme de plus en plus de professionnels et même petit à petit des journalistes et avocats. Journalistes et avocats Suisses car en France ... Là-aussi voir l'Histoire Edelweiss pour comprendre.

Monsieur RONDEAU, je continue et continuerai patiemment de faire valoir mes recherches avec détermination et, fort des mes expériences juridiques et de mes différentes publications adressées à toutes les instances représentant les professions financières, de proposer des solutions aux professionnels via les associations (ou non).

Alors de grâce, cesser d’affirmer des inepties à mon égard car je ne peux accepter ce type de publication que j'estime déplacée, mensongère voire « ordurière".

Sachez que mes publications et mes actions ont et ont toujours eu pour seul objectif d'attirer clairement l’attention sur les risques et d'expliquer une vision financière différente et complémentaire.

Quant à Club Patrimoine, je pense que la moindre des choses eut été de demander des preuves et de faire des vérifications auprès des personnes incriminées.

Cela dit je ne doute pas que Club patrimoine ait demandé un avis juridique étayé avant de faire paraître ce type de courrier sans aucune vérification préalable auprès de moi-même, d'autant plus que Club patrimoine n'a jamais cité mes travaux ni mes écrits dont elle est destinataire quotidiennement.

Je propose à "Club patrimoine" de faire étalage de son professionnalisme et de son indépendance (sauf dans le cas où son capital serait détenu par des fournisseurs ou qu'elle ne vivrait que des ressources publicitaires des "partenaires privilégiés" occultant les faits repris ci-dessus) après la mise en cause par Monsieur RONDEAU de mes propos en demandant et publiant l'avis d'homme ou de femme de droit (pourquoi pas Maître LECOQ VALLON, Maître Dounia HARBOUCHE ou tout autre femme ou homme de loi) sur mes propos d'abus de confiance et l'escroquerie éventuelle des investisseurs non avertis et non qualifiés selon mes analyses (non remises en cause par l'AMF) et mes travaux ? Là, Club patrimoine ferait le buzz utilement et avec déontologie.

Je demande à Club patrimoine de bien vouloir me répondre par l'affirmative ou la négative sous quelques jours (je pense que c'est le minimum) car ils ont été le relais de propos que j'estime incohérents avec toute règle de droit et tout autre règle de bienséance...d'autant plus que Club patrimoine, comme indiqué ci-dessus, n'a jamais été le relais d'une seule de mes phrases écrites et n'a fait aucun contrôle de véracité des propos de Monsieur RONDEAU.

Monsieur RONDEAU, pour terminer, je ne doute pas que vous allez mettre un point d'honneur à préciser que vous estimez officiellement au titre de la Compagnie que je me trompe sur l'ensemble de mes propos concernant l'abus de confiance et l'escroquerie des investisseurs non avertis et non qualifiés et que, dans l'inverse, votre RCP couvrirait tous vos adhérents (avec courrier à l'appui de l'assureur) pour les protéger dans le cas exceptionnel où mes propos seraient justes. Comment imaginer suite à votre écrit que vous refusiez cette juste protection à vos adhérents et aux clients de ses derniers qui pourraient être abusés ?

Monsieur RONDEAU, en ce qui me concerne j'arrêterai là nos échanges car ils ne feraient qu'attiser des sentiments négatifs .

Naturellement, je fais bien la différence entre la Compagnie des CGPI et RONDEAU à titre privé.

Bien que j'ai connu quantité de choses, de dénonciations calomnieuses et autres attaques à ma réputation et au portefeuille je n'ai jamais cessé de travailler dans l'intérêt de nos professions.

Je demande à Club patrimoine de publier ce droit de réponse.

Souvenez-vous d'un passé pas si lointain où la délation ......

Christian PIRE

 

Souvenez-vous dans ma "Presse commentée" du 30 mars 2016

Est-il normal de continuer,

D'échanger du cash de clients non avertis contre des valorisations comptables d'OPCVM sans prix financier réel et réalisable ?

Vendre des performances irréalisées et irréalisables, est-ce comme cela que les gestionnaires de patrimoine veulent asseoir leur développement ?

Quelle différence avec les vendeurs de chaînes de Ponzi ?

 Et si le comment, le pourquoi et le réalisable devaient devenir la méthode principale de choix et de conseil des OPCVM ?

Comment et pourquoi les performances financières des FCP et SICAV peuvent continuer d'être VOLONTAIREMENT faussées malgré les crises répétitives ?

Comment et pourquoi il est prélevé de multiples commissions sur des performances reconnues irréalisables par l'Autorité des Marchés Financiers et l'autorité comptable ?

AH, SI LES ASSOCIATIONS AVAIENT PRIS MES PROPOS ET PROPOSITIONS AU SERIEUX DEPUIS CES DERNIERES ANNEES....

EH OUI, IL S'AGIT BIEN "D'ANNEES" AVEC UN GRAND S SANS REPONSE...HORMIS UNE DE L'ANACOFI....IL Y A PLUSIEURS ANNEES.... ET LE KRACH EST ARRIVE ET LES EPARGNANTS CONTINUENT DE SE FAIRE LESER ET LES VERITABLES PROFESSIONNELS SE FONT ENFERMER DANS UN CARCAN REGLEMENTAIRE AUSSI INADAPTE QUE DESTRUCTEUR POUR EUX, QUE REMUNERATEUR EN EGO, EN POSTES "POLITIQUES" VOIRE FINANCIERS ET EN RAPPROCHEMENTS DIVERS ET VARIES POUR LES AUTRES ETC...

 

REPONSE A MONSIEUR RONDEAU SUITE A SON ECRIT PUBLIE DANS CLUB PATRIMOINE

"Vous pouvez tromper quelques personnes tout le temps. Vous pouvez trompez tout le monde un certain temps, mais vous ne pouvez pas tromper tout lemonde tout le temps.” Abraham Lincoln

Monsieur RONDEAU,

Dans votre "Lettre ouverte de Jean-Pierre Rondeau (Compagnie des CGPI) à Stephane TOULLIEUX sur le lancement du contrat "Advanced by Athymis »" parue dans Club Patrimoine, vous me citez ainsi que l’un de mes sites en des termes peu amènes, je vous invite à sortir de la cour d’école pour prendre de la hauteur… nous reviendrons dans l’arène à la fin de mon droit de réponse.

Cela fait plus de 10 ans voire 20 ans cette année que j’écris, publie et informe le grand public ainsi que les instances sur les origines des krachs et reprises afin d’alerter sur les risques des marchés financiers et risques juridiques issus de l’information financière actuelle non adaptée aux clients non avertis et non qualifiés. Information qui pour moi relève de l’abus de confiance et de l'escroquerie. Des mots forts, mais les professionnels n’ont pas eu jusqu'alors d’autre alternative que d’utiliser ce qui leur était et est encore donné aujourd’hui malgré les enseignements répétitifs des crises et la reconnaissance des failles de l'information financière par l'AMF et les autorités comptables. C’est pourquoi je propose des solutions d'informations financières juridiques qui permettent d’informer le grand public tout en protégeant, autant faire se peut, les professionnels… un cercle vertueux en sorte.

Tout cela est publié sur mes sites www.socioecopofi.com , www.agencedecotationihr.com en parfaite information des autorités et je suis disposé à en décrire les lignes avec toutes les instances pour aboutir à une Information Humainement Responsable garante du respect des clients investisseurs, de leur conseiller et de l’ensemble des professionnels oeuvrant dans ce domaine.

Ne serait ce pas le rôle d’une association représentative des gestionnaires de patrimoine, notamment la Compagnie qui met en avant sur son site « Au service des CGPI pour la défense de l’épargnant », ou serait ce un slogan publicitaire aux fins de se faire valoir…. Ce ne serait pas joli, joli pour quelqu’un qui s’élève tel le chevalier blanc et qui en profite pour faire un croc-en-jambe à ses homologues responsables d’associations… (cf lettre ouverte objet de ce droit de réponse: La Compagnie sera de nouveau malheureusement seule pour s’élever contre vos discours, les responsables de nos associations amies jugeant, encore une fois, qu’il est dangereux juridiquement de dénoncer ceux qui dénigrent la Profession pour obtenir du chiffre d’affaires, comme quand il s’agit aussi d’alerter nos confrères sur les produits pourris. »).

Pour ma part, j’ aime à penser que la majeure partie des intervenants oeuvrant dans notre environnement professionnel est pétrie de bonne volonté et que la plupart de ces professionnels sont animés d' une saine moralité . Je précise ici que j’adresse mes travaux également aux autres associations soeurs à moins que vous considériez l'ANACOFI, la CNCGP ou autres comme concurrentes.

Concernant Athymis et Monsieur TOULLIEUX, mes propos sont des plus positifs du simple fait qu’il expose simplement (mais courageusement) les "risques" de conflits d’intérêt (que vous ne contestez pas....c'est tout dire) dès lors que la rémunération sur certains fonds est différente. Réalité connue (ou tue) de tous et dont Monsieur TOULLIEUX, fort logiquement dans un environnement concurrentiel, en fait un argument promotionnel de sa société… Quoi de plus normal ? Quoi de plus juste que ses propos ? Qui plus est, propos mis en oeuvre par une compagnie d'assurance ! Que dire si ce n'est BRAVO. Enfin, un précurseur et une compagnie qui avance vers le futur et donc l'Avenir.

Cela dit, je pense et propose d'aller plus loin aujourd'hui dans l'intérêt de tous les clients, des professionnels, des autorités et au-delà de L’État.

Dites moi Monsieur RONDEAU, la vente de quelques titres à la fermeture des marchés boursiers ne continue-elle pas de façon absurde d'être le seul cours de référerence de tous les titres aujourd’hui … La vente d’un kilo de tomates en France à 17H30 fait-il le cours des milliers de tonnes de tomates produites ? Actuellement cela reste l'us et coutume des marchés financiers malgré les enseignements répétitifs des crises. Vous trouvez cela logique de maintenir ce seul raisonnement comme outil de valorisation des OPCVM ? Moi, non.

Je ne suis d’ailleurs pas le seul car l’AMF a gratifié mes travaux sur une double cotation boursière par un "particulièrement intéressé" du président Jouyet et "opportun" du président Rameix. Pendant que vous, vous "bavez" et "mentez".....

Car, mon cher Monsieur RONDEAU, si vous faites état à votre façon (à votre sauce) d’une partie de ma carrière, celle de président d’une société de Gestion … vous oubliez de mentionner les aberrations juridiques et la reconnaissance par le Conseil d'Etat que tout ce que nous avions fait était parfaitement légal tout en soulevant toutefois, fort opportunément mais à tort, l'intérêt des mandants. Jugement érroné dans le cas d'Edelweiss Gestion (ce qu'a démontré la suite de nos dossiers) mais qui a été très utile pour mettre à mal notre demande de dédommagement auprès du Tribunal administratif. Voir la première partie de l'histoire Edelweiss Gestion.

Je vous propose Monsieur RONDEAU de bien lire le jugement du Conseil d'Etat et vous pourrez vous apercevoir qu'il juge de facto coupables tous les professionnels actuels du seul fait du non respect de l'intérêt des porteurs de parts (mandants) dans le système de désinformation actuel. Eh oui, il suffit de lire. Naturellement, je vous engage vivement à demander un démenti formel de l'AMF sur cette réalité. Un peu de courage Monsieur RONDEAU vous qui aimez parler haut et fort...

Mais la mémoire n’a-t’elle pas cette faculté de faire le tri en fonction de l'objectif recherché qui peut aller de la pratique du "Juste" à la délation mensongère, intéressée et/ou "égotique"?

Ensuite, vous affirmez que j’ai eu un parcours chaotique, je ne sais de quel parcours chaotique vous parlez mais je vous invite à bien travailler vos insinuations car si vous persévérer dans la délation mensongère il va falloir de nouveau assumer vos mensonges.  

En effet, porter des allégations mensongères pour salir est à la portée de n’importe qui, surtout des plus petits.

Durant ma présidence de la société Edelweiss Gestion, nous avons connu une belle croissance. Ensuite, j’ai écrit mensuellement dès janvier 2007 mes craintes sur les valeurs boursières et mon conseil de se désengager du marché. Ecrits qui allaient à l’encontre, des intérêts de la société de gestion que je présidais. Cet acte m’a valu d’être "remercié" par ce Conseil de surveillance . Mais que voulez vous, il faut savoir assumer ses convictions. Je vous invite à prendre connaissance de l’historique sur le site www.socioecopofi.com qui y est publié en toute transparence. En effet, porter des allégations mensongères pour salir est à la portée de n’importe qui, surtout des plus petits. 

Pour votre information sur le traitement du dossier Edelweiss Gestion, j’ai déposé une plainte via Maître Patrice SPINOSI, plainte jugée suffisamment sérieuse pour être acceptée par la Cour Européenne des Droits de l'Homme. Rien que l'acceptation de mon dossier comme recevable est LA victoire car cela veut tout dire. Pour le reste "wait and see". 



Vous voyez mon très cher "bourreau", je vous le disais c’est à la portée de chacun d’entre nous.

Je propose à la Compagnie des CGPI d'enterrer la hache de guerre et de travailler main dans la main. Là-aussi vous voyez le sentiment de haine que vous m’octroyez m’est bien étranger. Par contre, j’admets que mes écrits choquent, vraisemblablement par leur réalisme que vous appelez " propositions utopistes et prétentions mytho maniaques ». Et oui ! Vous vous me fusillez, pendant que l’AMF me répond par un intérêt comme de plus en plus de professionnels et même petit à petit des journalistes et avocats. Journalistes et avocats Suisses car en France ... Là-aussi voir l'Histoire Edelweiss pour comprendre.

Monsieur RONDEAU, je continue et continuerai patiemment de faire valoir mes recherches avec détermination et, fort des mes expériences juridiques et de mes différentes publications adressées à toutes les instances représentant les professions financières, de proposer des solutions aux professionnels via les associations (ou non).

Alors de grâce, cesser d’affirmer des inepties à mon égard car je ne peux accepter ce type de publication que j'estime déplacée, mensongère voire « ordurière".

Sachez que mes publications et mes actions ont et ont toujours eu pour seul objectif d'attirer clairement l’attention sur les risques et d'expliquer une vision financière différente et complémentaire.

Quant à Club Patrimoine, je pense que la moindre des choses eut été de demander des preuves et de faire des vérifications auprès des personnes incriminées.

Cela dit je ne doute pas que Club patrimoine ait demandé un avis juridique étayé avant de faire paraître ce type de courrier sans aucune vérification préalable auprès de moi-même, d'autant plus que Club patrimoine n'a jamais cité mes travaux ni mes écrits dont elle est destinataire quotidiennement.

Je propose à "Club patrimoine" de faire étalage de son professionnalisme et de son indépendance (sauf dans le cas où son capital serait détenu par des fournisseurs ou qu'elle ne vivrait que des ressources publicitaires des "partenaires privilégiés" occultant les faits repris ci-dessus) après la mise en cause par Monsieur RONDEAU de mes propos en demandant et publiant l'avis d'homme ou de femme de droit (pourquoi pas Maître LECOQ VALLON, Maître Dounia HARBOUCHE ou tout autre femme ou homme de loi) sur mes propos d'abus de confiance et l'escroquerie éventuelle des investisseurs non avertis et non qualifiés selon mes analyses (non remises en cause par l'AMF) et mes travaux ? Là, Club patrimoine ferait le buzz utilement et avec déontologie.

Je demande à Club patrimoine de bien vouloir me répondre par l'affirmative ou la négative sous quelques jours (je pense que c'est le minimum) car ils ont été le relais de propos que j'estime incohérents avec toute règle de droit et tout autre règle de bienséance...d'autant plus que Club patrimoine, comme indiqué ci-dessus, n'a jamais été le relais d'une seule de mes phrases écrites et n'a fait aucun contrôle de véracité des propos de Monsieur RONDEAU.

Monsieur RONDEAU, pour terminer, je ne doute pas que vous allez mettre un point d'honneur à préciser que vous estimez officiellement au titre de la Compagnie que je me trompe sur l'ensemble de mes propos concernant l'abus de confiance et l'escroquerie des investisseurs non avertis et non qualifiés et que, dans l'inverse, votre RCP couvrirait tous vos adhérents (avec courrier à l'appui de l'assureur) pour les protéger dans le cas exceptionnel où mes propos seraient justes. Comment imaginer suite à votre écrit que vous refusiez cette juste protection à vos adhérents et aux clients de ses derniers qui pourraient être abusés ?

Monsieur RONDEAU, en ce qui me concerne j'arrêterai là nos échanges car ils ne feraient qu'attiser des sentiments négatifs .

Naturellement, je fais bien la différence entre la Compagnie des CGPI et RONDEAU à titre privé.

Bien que j'ai connu quantité de choses, de dénonciations calomnieuses et autres attaques à ma réputation et au portefeuille je n'ai jamais cessé de travailler dans l'intérêt de nos professions.

Je demande à Club patrimoine de publier ce droit de réponse.

Souvenez-vous d'un passé pas si lointain où la délation ......

Christian PIRE

 

Souvenez-vous dans ma "Presse commentée" du 30 mars 2016

Est-il normal de continuer,

D'échanger du cash de clients non avertis contre des valorisations comptables d'OPCVM sans prix financier réel et réalisable ?

Vendre des performances irréalisées et irréalisables, est-ce comme cela que les gestionnaires de patrimoine veulent asseoir leur développement ?

Quelle différence avec les vendeurs de chaînes de Ponzi ?

 Et si le comment, le pourquoi et le réalisable devaient devenir la méthode principale de choix et de conseil des OPCVM ?

Comment et pourquoi les performances financières des FCP et SICAV peuvent continuer d'être VOLONTAIREMENT faussées malgré les crises répétitives ?

Comment et pourquoi il est prélevé de multiples commissions sur des performances reconnues irréalisables par l'Autorité des Marchés Financiers et l'autorité comptable ?

AH, SI LES ASSOCIATIONS AVAIENT PRIS MES PROPOS ET PROPOSITIONS AU SERIEUX DEPUIS CES DERNIERES ANNEES....

EH OUI, IL S'AGIT BIEN "D'ANNEES" AVEC UN GRAND S SANS REPONSE...HORMIS UNE DE L'ANACOFI....IL Y A PLUSIEURS ANNEES.... ET LE KRACH EST ARRIVE ET LES EPARGNANTS CONTINUENT DE SE FAIRE LESER ET LES VERITABLES PROFESSIONNELS SE FONT ENFERMER DANS UN CARCAN REGLEMENTAIRE AUSSI INADAPTE QUE DESTRUCTEUR POUR EUX, QUE REMUNERATEUR EN EGO, EN POSTES "POLITIQUES" VOIRE FINANCIERS ET EN RAPPROCHEMENTS DIVERS ET VARIES POUR LES AUTRES ETC...